5G : Macron se moque des défenseurs du « modèle Amish » au détriment de la nouvelle technologie – 20 Minutes

Emmanuel Macron lors de la rencontre à l’Elysée avec les acteurs de la French Tech, le 14 septembre 2020. — Charles Platiau/AP/SIPA

Au lendemain de la demande de moratoire de 70 élus de gauche et écologistes sur la 5G, dont Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot, le chef de l’Etat a clairement pris position. « Oui la France va prendre le tournant de la 5G », a lancé Emmanuel Macron lundi devant des entreprises du numérique. Loin de chercher un consensus, il a préféré ironiser sur ceux qui préféreraient « le modèle Amish », alors que l’attribution des fréquences de cette technologie mobile doit débuter à la fin du mois.

« Tordre le cou à toutes les fausses idées »

« La France est le pays des Lumières, c’est le pays de l’innovation (…) On va tordre le cou à toutes les fausses idées », a insisté le chef de l’Etat devant une centaine d’entrepreneurs et entrepreneuses de la « French Tech » réunis dans la salle des fêtes de l’Elysée. « J’entends beaucoup de voix qui s’élèvent pour nous expliquer qu’il faudrait relever la complexité des problèmes contemporains en revenant à la lampe à huile ! Je ne crois pas que le modèle Amish permette de régler les défis de l’écologie contemporaine », s’est moqué le chef de l’Etat, en référence à cette communauté religieuse américaine qui vit comme au XVIIIe siècle.

En costume mais sans cravate, Emmanuel Macron s’est dit ravi de retrouver le milieu des start-up, au cours du premier événement de grande ampleur organisé à l’Elysée depuis le confinement. « On est en train de démontrer qu’on peut continuer à faire des événements en période covid », a-t-il dit, même s’il faudra « vivre avec le virus, dans doute pour des semaines, peut-être des années ». Il a aussi rappelé que le plan de relance flécherait 7 milliards vers le secteur du numérique, notamment pour la transformation numérique de l’Etat.

Le chef de l’Etat a enfin défendu une Europe numérique souveraine. « Sur la 5G et beaucoup d’autres sujets, on ne doit dépendre d’aucune puissance non européenne », a-t-il martelé, en appelant notamment à « rouvrir la bataille sur le cloud ».

Articles liés

Réponses