Alerte Météo : Vague de chaleur jusquà vendredi – Actualités La Chaîne Météo – La Chaîne Météo

Par Regis CREPET, météorologue
Publié le 16/09/20, mis à jour le 16/09/20 à 09h16

Les prévisions météo complètes en direct par téléphone au

3201*

Du mercredi 16 septembre à 8:00 au vendredi 18 septembre à 18:00.

Situation

La journée la plus chaude de la vague de chaleur est passée, avec de nombreux records battus mardi après-midi. Avec une moyenne des températures maximales proche de 33°C, ce mardi a été la journée de septembre la plus chaude depuis 1949, probablement au niveau des grandes vagues de chaleur de 1911 et de 1947.
A l’heure actuelle, la chaleur se maintient encore sur tout le pays, mais les valeurs maximales perdent environ 3° sur la moitié nord de la France et les nuits redeviendront moins chaudes. En revanche, les fortes chaleurs se maintiennent au sud de la Loire et surtout au sud-ouest jusqu’en fin de semaine, avec des maxi comprises entre 32° et 35°C en Aquitaine.

 Voici les caractéristiques principales de cette vague de chaleur tardive :

– la durée de cette vague de chaleur tardive est de 3 à 6 jours en moyenne avec des températures maximales entre 32 et 35°C les après-midi, et des pointes entre 36 et 38°C, soit 10 à parfois 15°C au-dessus des normales saisonnières.
– à la faveur de l’augmentation de la durée des nuits, les températures minimales se situent entre 17 et 20°C dans les grandes villes, raison pour laquelle nos services ont placé de nombreux départements en alerte de niveau de Risque Important (Alerte Jaune, 1er niveau d’alerte) et non pas en Alerte de niveau Orange.
– cette vague de chaleur accentue la sécheresse de surface actuelle sur de très nombreuses régions, et augmentera d’autant plus le risque d’incendies.
– elle favorise une dégradation de la qualité de l’air avec un pic de pollution à l’Ozone assez important, notamment dans les grandes villes.

Observation

Ce mercredi à 08h00 : la nuit a été un peu moins chaude que la précédente du bassin parisien au nord-est, après la canicule du mardi. Les amplitudes thermiques sont donc très fortes entre la nuit et le jour. On relève tout de même des températures nocturnes très douces avec 18,7° à Paris, 19° à Chateauroux (36) et 19,5° à Lyon, mais 15,5° à Lille et 17° à Bordeaux. Il n’y a pas eu de “nuit tropicale” sauf à NIce et en Corse (entre 20° et 23°C de mini).

Ce mardi à 17h, de très nombreux records mensuels de températures ont été battus dans le nord et le nord-est du pays. Ce sont parfois des records vieux de plus de 70 ans qui sont tombés comme à Nancy (34,4°C contre 33,7°C en 1947), Lille 34,6°C (33,8°C en 1949), Beauvais 34,2°C (33,9°C en 1949) et Pontoise 34,9°C (33,9°C en 1949). Localement les records sont battus de plus de 3°C dans le Nord-Pas-de-Calais comme à Douai 35,1°C (32°C en 2013) et Roubaix 35,4°C contre 31,5°C en 1973).

Ce mardi à 11h30: les température poursuivent leur hausse. On relevait en général de 25° à 28°, un peu moins au sud de l’Aquitaine et sur la Bretagne en raison d’un ciel gris et de quelques bruines, contrastant avec le ciel d’azur de la veille. On notait 25° à Paris, 26° à Lille et 27° à Vichy (03).

Ce mardi matin à 08h : la nuit a été très douce, même au nord de la Loire, contrastant avec les nuits précédentes. Cependant, dans les campagnes, le rayonnement nocturne a permis, souvent, d’avoir une ambiance respirable et rafraîchie, à la différence des canicules de plein été. Malgré tout, la nuit a été remarquablement douce avec des minimales ne descendant pas au-dessous de 20°C (nuit “tropicale”) de l’Atlantique au bassin parisien et au Centre-est, avec par exemple 18°C à Paris et 21,5° à Lyon, et localement 22°C en Saône et Loire. Des records mensuels de températures minimales ont été battus, avec 22,1° à Lons le Saunier (39) et 21,1°C à Château-Chinon (58).

Résumé des jours précédents :

Lundi : de nombreux records mensuel de chaleur sont tombés sur les régions situées entre la Seine et la Loire. Voici quelques records mensuels observés : 32,5°C à Langres (52), 33,0°C à Evreux (27), 33,8°C à Laval (53), 33,9°C à Roissy (95), 34,0°C à Chartres (28), 34,2°C à Melun (77) et Orléans (45), 34,4°C à Blois (41), 34,6°C à Troyes (10), 34,9°C à Saint-Dizier (52), 35,0°c à Nevers, 35,4°C (58) à Poitiers (86).

Dimanche, la chaleur était déjà exceptionnelle en Nouvelle-Aquitaine, et notamment sur le sud de la région avec 37°C relevés à  Aïcirits (64), 36,9°C, à Saint-Gladie (64), 36,8°C à Navarrenx (64), 35,7°C Orthez (64), 35,6°C à Dax (40), 34,4°C à Toulouse (31) et 33,2°C à Bordeaux (33). Ces températures sont supérieures de 10°C aux normales de saison.

Evolution

Evolution de cette vague de chaleur tardive : 

Ce Mercredi, les températures les plus élevées s’observeront du Périgord au Quercy et de la région Auvergne-Rhône-Alpes à l’est de la région parisienne puis sur le Grand-Est avec 32 à 36°C. Ailleurs, les températures s’orienteront à la baisse en raison d’un ciel plus nuageux et d’un risque orageux, mais l’ambiance restera néanmoins très lourde et la sensation d’inconfort restera assez importante en journée.
 
A partir de jeudi, cette vague de chaleur tardive touchera lentement à sa fin au nord de la Loire, mais les températures resteront toujours élevées et 5°C au-dessus des normales de saison en moyenne, notamment entre le sud-ouest et le Centre-Est. Les fortes chaleurs se maintiennent surtout sur un tiers sud-ouest de la France. Ainsi, il semble de plus en plus probable que la Nouvelle-Aquitaine conserve jusqu’à vendredi après-midi des températures caniculaires, proches de 20° la nuit et entre 32° et 35°C les après-midi.

Voici les caractéristiques principales de cette vague de chaleur tardive :

– durée : elle est de 3 à 6 jours en moyenne avec des températures maximales entre 32 et 35°C les après-midis et des pointes entre 36 et 38°C, soit 10 à parfois 15°C au-dessus des normales saisonnières, amorçant désormais une lente baisse au nord de la Loire.
– chaleur nocturne : à la faveur de l’augmentation de la durée des nuits, les températures minimales se situent entre 15 et 18°C dans les grandes villes,
– pollution : elle favorisera une dégradation de la qualité de l’air avec une pollution à l’Ozone assez importante, notamment dans les grandes villes lundi prochain.
– sécheresse et feux : elle accentuera la sécheresse de surface actuelle sur de très nombreuses régions et augmentera d’autant plus le risque d’incendies.

Liste des départements concernés

Articles liés

Réponses