Alstom signe le rachat de Bombardier Transport à un prix revu en baisse – Le Figaro

Alstom a mené à bien la renégociation, annoncée cet été, des termes de l’offre faite pour racheter la branche transports du canadien Bombardier. Le groupe français a annoncé, hier, avoir signé le « contrat d’acquisition » qui s’avère plus avantageux pour les actionnaires d’Alstom. Ils débourseront en effet 900 millions d’euros de moins que prévu initialement dans le cadre de la fourchette haute du prix proposé par le management d’Alstom, en février dernier. Celle-ci s’établissait entre 5,8 et 6,2 milliards d’euros.

Voici deux semaines, Henri Poupart-Lafarge, PDG d’Alstom, avait indiqué au micro de Franceinfo, avoir revu ce prix à la baisse, dans le cadre d’une nouvelle fourchette de 5,5 à 5,9 milliards. Mais Alstom précise aujourd’hui que le prix définitif devrait être ramené à 5,3 milliards grâce à un mécanisme d’ajustement du prix final, en fonction du niveau de trésorerie de Bombardier Transport lors du closing de l’opération au premier trimestre 2021.

À cette échéance, si tous les feux verts ont bien été donnés par les autorités de la concurrence concernées ainsi que par les actionnaires d’Alstom, lors d’une assemblée générale extraordinaire le 29 octobre prochain, Alstom conclura cette acquisition transformante. Avec Bombardier Transport, le français donnera naissance au numéro deux mondial du train avec 15,5 milliards d’euros de ventes, un carnet de commandes XXL de plus de 75 milliards et 76.000 salariés. Le nouvel ensemble sera devancé par le groupe public chinois CRRC (24 milliards de ventes), mais il caracolera devant Siemens Mobility (8,8 milliards). Alstom estime que cette acquisition est un accélérateur de sa stratégie qui lui permet d’atteindre une masse critique, mais aussi de se positionner, encore mieux armé, sur un marché de la mobilité qui sera l’un des grands bénéficiaires des plans de relance en Europe.


À VOIR AUSSI – Alstom-Bombardier: l’UE doit-elle autoriser la fusion ?

Articles liés

Réponses