Avant la rentrée des « gilets jaunes », la nouvelle doctrine du maintien de lordre réaffirmée – Le Monde

Des agents de la BAC équipés de LBD, lors d’une manifestation conre la réforme des retraites, à Paris, le 19 décembre 2019.

Un encadrement renforcé des tirs de lanceurs de balle de défense (LBD) et des grenades moins dangereuses : à la veille de la mobilisation de rentrée des « gilets jaunes », le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé, vendredi 11 septembre, de légers aménagements, mais pas de bouleversement de la doctrine du maintien de l’ordre en vigueur.

Ces annonces ont été faites lors de la présentation du nouveau schéma national du maintien de l’ordre qui réaffirme la doctrine en vigueur depuis fin 2018, après le saccage de l’arc de Triomphe. Elles interviennent alors que plusieurs rassemblements de « gilets jaunes » sont annoncés dans plusieurs villes, dont Paris, Marseille, Toulouse, Lyon, Lille, Nantes, Nice, Bordeaux et Strasbourg.

Les mesures gouvernementales avaient été initiées par le prédécesseur de M. Darmanin, Christophe Castaner, après des polémiques à répétition sur la gestion controversée par les forces de l’ordre des manifestations. Plusieurs personnes avaient été gravement blessées par des tirs de LBD et de grenade.

Les conclusions de ces travaux ont été reportées à de nombreuses reprises, notamment en raison de la crise sanitaire puis de l’arrivée du nouveau ministre place Beauvau début juillet. C’est la « première fois » qu’un tel document est produit en France, s’est félicité le ministre de l’intérieur, qui s’exprimait lors de la cérémonie d’installation officielle de la nouvelle cheffe des CRS, Pascale Regnault-Dubois.

Lire aussi « L’emploi du LBD est en rupture avec les principes du maintien de l’ordre en France »

Floutage des visages des agents

Concernant les moyens mis à la disposition des forces de l’ordre, l’usage du LBD est maintenu, mais son encadrement strict est généralisé. Dorénavant, chaque tir devra être obligatoirement soumis à l’accord d’un « superviseur ». C’est déjà le cas pour les CRS et les gendarmes mobiles et à Paris, mais ailleurs, les effectifs de sécurité publique et les unités venues en renfort pour encadrer les manifestations n’en disposent pas.

Gérald Darmanin a par ailleurs confirmé le remplacement des grenades à main de désencerclement (GMD) par un nouveau modèle, réputé moins dangereux. Ce modèle, déjà acheminé auprès des forces de l’ordre, sera utilisé dès ce samedi, a-t-il affirmé.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Allez-y franchement, n’hésitez pas à percuter. Ça fera réfléchir les suivants » : le jour où la doctrine du maintien de l’ordre a basculé

En janvier, Christophe Castaner avait déjà annoncé le retrait d’une autre arme intermédiaire, la grenade explosive GLI-F4, composée de TNT et également accusée d’avoir causé de graves blessures chez les manifestants. Un retrait alors symbolique puisque les stocks étaient en voie d’épuisement chez les gendarmes mobiles et les CRS.

La nouvelle GMD est « deux à quatre fois moins impactante », selon une source policière et son bouchon allumeur « ne saute plus ». C’est ce bouchon qui causait le plus de blessures graves.

Le ministre a répété par ailleurs sa volonté d’imposer aux chaînes de télévision et aux réseaux sociaux le floutage des visages des agents.

Envoi de SMS groupés

Pour améliorer l’information des manifestants, il est prévu de moderniser le texte des « sommations » utilisé lorsque la manifestation dérape. Ce texte, rénové et plus simple, fera l’objet d’un décret soumis au Conseil d’Etat pour une entrée en vigueur le 1er janvier 2021.

Il est envisagé également la mise en place de panneaux de signalisation, de hauts-parleurs et l’envoi de SMS groupés pour une meilleure communication. Les SMS seraient envoyés aux manifestants par les opérateurs téléphoniques qui les achemineraient à leurs abonnés. Le gouvernement prévoit une application au premier semestre 2022.

Un effort est prévu pour renforcer ou créer, là où elles n’existent pas, des structures destinées à nouer le dialogue entre les manifestants et les autorités avant et pendant les rassemblements. Sa mise en œuvre est espérée au début de l’année prochaine. Une tâche compliquée pour les responsables de la sécurité publique qui ont du mal à trouver des interlocuteurs, notamment au sein des « gilets jaunes ».

Chez les syndicats, on se satisfait d’une « doctrine confirmée ». « C’est ce qu’on demandait », a résumé Jean-Paul Nascimento, secrétaire national CRS UNSA Police. A l’instar de Fabien Vanhemelryck (Alliance), ils ont accueilli avec soulagement le maintien du LBD, dont ils craignaient le retrait.

Satisfaction aussi sur le floutage des visages. « On demandait cette loi depuis très longtemps », rappelle Alliance, et la modernisation des sommations et la communication, une décision qui « va dans le bon sens » selon Grégory Joron, secrétaire national CRS d’Unité SGP-Police.

Le Monde avec AFP

Articles liés

Réponses