Avec #Lundi14Septembre, des lycéennes sélèvent contre les “tenues correctes exigées” des établissements… – BFMTV

Le mouvement entend lutter contre les injonctions faites aux jeunes filles quant à leurs tenues vestimentaires dans le cadre scolaire.

Un hashtag pour faire évoluer les moeurs sur la question des tenues “correctes” exigées dans les règlements intérieurs des établissements scolaires. Sur le réseau social TikTok, les mots-dièse #lundi14septembre, #14septembre ou encore #outfitlundi14septembre cumulent près de 120.000 vues.Sur Twitter, #Lundi14Septembre apparaissait ce lundi à la mi-journée dans quelque 56.000 tweets.L’objectif affiché est de dénoncer les injonctions faites aux jeunes filles quant à leurs tenues au sein des établissements scolaires.

“Lundi 14, les filles c’est l’heure de vous rebeller. Sortez vos meilleurs crop top, on s’en fout du règlement du lycée”, exhorte une adolescente dans une vidéo publiée sur TikTok.

Sur une autre séquence diffusée sur le même canal, le texte suivant s’affiche alors qu’une jeune femme se filme, vêtue d’un pull et d’un jean: “On nous a souvent dit de ne pas porter des robes, des jupes et des crop top car c’était trop ‘provoquant’.” Le texte change ensuite pour afficher “Lundi 14 septembre, mettez un crop top ou une jupe ou une robe pour montrer que les filles sont libres de porter ce qu’elles veulent”. En arrière-plan, la même jeune fille apparaît alors en robe.

Sur Twitter, l’Union nationale lycéenne (UNL) a apporté son soutien au mouvement, demandant “la fin des discriminations quant à nos tenues vestimentaires”, réclamant l'”abrogation de la mention ‘tenue correcte exigée’ des règlements” et l'”ajout aux programmes scolaires de temps de prévention contre les stéréotypes sexistes”.

“Nos tenues ne sont pas le problème. Le problème c’est le harcèlement, les agressions et les viols”, a relayé sur Twitter le mouvement féministe #NousToutes, reprenant le hashtag Lundi14Septembre.

La chanteuse Angèle a également partagé le message du collectif féministe sur son compte Instagram.”Aujourd’hui #lundi14septembre des jeunes filles ont décidé spontanément partout en France de porter jupes décolletés crop top ou maquillage pour affirmer leur liberté face aux jugements et actes sexistes. En tant que mère, je les soutiens avec sororité et admiration”, a twitté ce lundi matin Marlène Schiappa, ex-secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, désormais ministre déléguée chargée de la Citoyenneté.

Autonomie des EPLE

Ce mouvement rappelle notamment un fait divers survenu en octobre 2018. Une procédure disciplinaire avait été engagée dans un collège de l’Isère à l’encontre d’une élève de 3e vêtue d’un débardeur et pull dévoilant ses épaules. La direction avait jugé ses tenues vestimentaires “inadaptées (…) en vertu du règlement intérieur”. L’adolescente n’avait finalement pas été sanctionnée.

Contacté par BFMTV, le ministère de l’Éducation nationale renvoie au Bulletin officiel (BO) de l’Éducation nationale du 25 août 2011. Le texte indique que “le règlement intérieur définit les règles qui régissent la vie quotidienne” des Établissements publics locaux d’enseignement (EPLE).Il est également précisé que les établissements scolaires sont autorisés à prendre des mesures quant au “port de tenue destinée à dissimuler son visage ou incompatible avec certains enseignements, susceptible de mettre en cause la sécurité des personnes ou les règles d’hygiène ou encore d’entraîner des troubles de fonctionnement dans l’établissement”.La notion de “tenues incompatibles” n’est toutefois pas précisée dans le texte officiel.

Clarisse Martin avec Véronique Fèvre

Articles liés

Réponses