Comment 1,5 km du col de la Loze a fait exploser le groupe des favoris – Tour de France – Décryptage – LÉquipe.fr

Le dénouement de l’étape reine du Tour, au sommet du col de la Loze, a été le théâtre d’une explication entre favoris, davantage dans une guerre d’usure que dans un déluge d’attaques. Et dans un col dont Valentin Madouas (15e à l’arrivée, mercredi) disait à l’arrivée : « C’est une des montées les plus dures que j’ai jamais faites. On verra sans doute des coureurs qui vont monter à pied. » C’est surtout une portion d’1,5 km à peine à laquelle nous allons nous intéresser, située au coeur de la partie la plus difficile et qui a été le véritable terrain de tri au général.

Juste avant, le groupe des favoris compte encore 13 coureurs : Primoz Roglic (et deux équipiers, Tom Dumoulin et Sepp Kuss), Tadej Pogacar (accompagné de David De la Cruz), Mikel Landa (secondé par Damiano Caruso), Enric Mas (et Alejando Valverde), Miguel Angel Lopez, Richie Porte, Adam Yates et Rigoberto Uran.

Devant eux ne reste que Richard Carapaz (Ineos), échappé depuis le col de la Madeleine et qui perd du temps. On aborde alors les pentes les plus dures de cette ascension de 21,5 km.

À 4 km de l’arrivée

C’est ici que débute l’essorage de ce qu’il reste des coureurs. Alejandro Valverde (Movistar) et Damiano Caruso (Bahrain-McLaren) sautent du groupe, happés par les ruptures de pente et un passage à 16 %.

Peu après, sous la bannière des 4 km restants, c’est Tom Dumoulin (Jumbo-Visma) qui s’écarte. Ils ne sont plus que dix dans le groupe. Seuls les deux premiers au général, Roglic et Pogacar, disposent encore d’un équipier à leur côté.

Retard à l’arrivée :
– Tom Dumoulin : +2’13”
– Alejandro Valverde : +2’48”
– Damiano Caruso : +3’30”

Il ne faut pas 250 m supplémentaires pour voir sauter ensemble Rigoberto Uran et Mikel Landa, alors que la pente flirtait à nouveau avec les 11-12 % après un court répit dans une épingle (« seulement » 7 %) .

Retard à l’arrivée :
– Mikel Landa : +1’20”
– Rigoberto Uran : +1’59”

À 3,7 km de l’arrivée

Ils étaient encore huit, ils passèrent à six promptement lorsque David De la Cruz (UAE Team Emirates), qui venait de prendre le relais pour pas grand-chose, et Adam Yates (Mitchelton-Scott) furent également éjectés du groupe des favoris. Il restait encore 3,7 km.

Retard à l’arrivée :
– Adam Yates : +1’20”
– David De la Cruz : +7’15”

Et c’est même lorsque la pente se relève à nouveau à 15 % que Miguel Angel Lopez accéléra. Richie Porte (Trek-Segafredo) et Enric Mas (Movistar) ne peuvent suivre dans cette nouvelle partie plus difficile. Un quatuor résiste donc, avec Richard Carapaz toujours échappé, en point de mire. 

Retard à l’arrivée :
– Enric Mas : +1’12”

À 3 km de l’arrivée

Richie Porte recolle momentanément, tous avalent Richard Carapaz, il reste 3 km. Et c’est le moment où Sepp Kuss et Miguel Angel Lopez se détachent à l’avant.

Une petite temporisation sur quelques mètres à 10-11 % avant que le Colombien ne prenne définitivement l’avantage au dernier virage, dans une pente affolante.

Retard à l’arrivée :
– Richie Porte : +1’1”

À 2,5 km de l’arrivée

À la faveur de ce virage, Lopez s’envole seul, Roglic place un démarrage qui tient définitivement à distance Tadej Pogacar, son principal adversaire au général.

Il aura fallu « seulement » 1,5 km pour faire exploser le groupe des derniers leaders. Et toujours en profitant des ruptures de pentes : quasiment à chaque ressaut sur ces 1 500 m dantesques, un ou plusieurs coureurs ont sauté.

À l’arrivée :
– Lopez : vainqueur d’étape
– Primoz Roglic : +11′ (+15” après bonification)
– Tadej Pogacar : +26” (+30” après bonification)

Articles liés

Réponses