Comment le coronavirus interroge-t-il le prix de la vie ? – France Culture

Puisqu’il nous faut désormais « vivre avec le virus », le Temps du Débat reprend la conversation mondiale ouverte à la veille du confinement. Chaque vendredi, sur le site et à l’antenne, est engagé un dialogue entre des artistes, intellectuels, de France et d’ailleurs, pour nous aider à comprendre ce qui nous arrive.

Depuis le début du confinement, l’équipe du Temps du débat a rassemblé sur le site de France Culture plus de soixante-dix textes d’écrivains, d’artistes ou d’intellectuels du monde entier qui nous ont donné leur regard sur la crise en cours. Cette saison, cette conversation continue chaque vendredi. Nous vous invitons à lire la contribution de la semaine, signée par un de nos invités, Vladimir Pinheiro Safatle : “Brésil, ce pays des morts sans larme”. Professeur de philosophie à l’Université de Sao Paulo, il s’intéresse aux inégalités de traitement dans son pays le Brésil, deuxième pays le plus touché au monde par la Covid-19 (en nombre de morts).

Il dialoguera ce soir avec le médecin et anthropologue Didier Fassin, professeur à Princeton et titulaire de la chaire de santé publique au Collège de France, du prix de la vie tel qu’il a été transformé par la pandémie. Dans son livre La vie, mode d’emploi critique, Didier Fassin nous parlait de l’appréciation et de la dépréciation des vies selon les circonstances sociales et économiques.

La crise a mis en avant dans certains pays la volonté de protéger la vie à tout prix tandis que dans d’autres les dirigeants ont refusé d’arrêter l’économie pour empêcher la propagation du virus.

La France, le Brésil mais aussi les États-Unis seront donc au cœur de notre discussion de ce soir dans la Conversation mondiale du Temps du débat.

Articles liés

Réponses