Coronavirus France : vrai rebond en Ile-de-France, annonces, chiffres – Le Journal des Femmes

CORONAVIRUS EN DIRECT. La recrudescence de l’épidémie de Covid-19 se confirme en France : 9 843 nouveaux cas en 24 heures et 19 décès. Le Premier ministre Jean Castex présentera les nouvelles mesures à 17 heures. Chiffres et infos en direct.

[Mis à jour le vendredi 11 septembre à 16h13] Le rebond de l’épidémie de coronavirus est bien là. Selon le dernier bilan établi par Santé publique France, la France enregistre 9 843 nouveaux cas positifs au Covid-19 au cours des dernières 24 heures et 19 décès supplémentaires. Le nombre de personnes hospitalisées est repassé au dessus de 5 000. Un conseil de défense a eu lieu ce vendredi matin. Le ministre de la Santé Olivier Véran devait s’exprimer à l’occasion d’une conférence de presse aux alentours de 16 heures mais ce sera finalement le Premier ministre, Jean Castex, qui prendra la parole à 17 heures. Le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy a expliqué il y a quelques jours que le gouvernement allait “être obligé de prendre un certain nombre de décisions difficilesCombien de cas de coronavirus en France à date ? Combien de morts ? Quels sont les régions et les départements les plus touchés ? Comment se passent les tests de dépistage ? Et pour les enfantsQuel est le taux du R0 en France ? Que sait-on aujourd’hui de ce coronavirus ? Actualités et chiffres en direct. 

Dernières infos en direct : 

  • Une saturation redoutée en réanimation. Sur BFM TV, le professeur Philippe Juvin, chef des urgences de l’hôpital Georges-Pompidou, à Paris, a indiqué vendredi que “des projections laissent entendre que d’ici 3 semaines on peut avoir dans certaines régions une occupation importante des lits de réanimation”.
  • Durcissement des mesures dans le Pas-de-Calais. La préfecture du Pas-de-Calais annonce dans un communiqué vendredi renforcer les mesures sanitaires à partir du 11 septembre et jusqu’au dimanche 27 inclus : le port du masque devient obligatoire pour les personnes âgées de 11 ans et plus dans un périmètre de 50 mètres autour des entrées et sorties des établissements d’accueil de la petite enfance, écoles, collèges, lycées, locaux d’enseignement, universités et établissements d’enseignement artistique du Pas-de-Calais. Les restaurants, débits de boissons, snacks, salons de thé, établissements de vente sur place ou à emporter d’alcool ou d’aliments à consommer immédiatement, ainsi que les commerces d’alimentation générale doivent fermer chaque nuit, de 00:30 à 06:00. Ceci au regard de la forte et rapide dégradation de la situation pandémique dans le département.
  • Inquiétude en Nouvelle-Aquitaine. L’Agence régionale de Santé de Nouvelle-Aquitaine met en garde contre une évolution “très préoccupante” de l’épidémie dans la région: le nombre de patients hospitalisés pour Covid-19 a presque doublé en 10 jours – de 85 malades le 31 août à 147 le 8 septembre.
  • 9 régions françaises à risque selon la Suisse. La Suisse place vendredi neuf régions métropolitaines françaises, dont l’Île-de-France avec Paris et la Provence-Alpes-Côte-d’Azur, en zone à risque élevé. La Suisse peut imposer une quarantaine de 10 jours à ceux qui en reviennent.
  • Une adolescente en réanimation à Bordeaux. Une adolescente de 14 ans atteinte du coronavirus est hospitalisée en réanimation depuis quelques jours à l’hôpital Pellegrin de Bordeaux, a informé Alain Anziani, le président de la métropole et maire de Mérignac sur BFM jeudi.
  • Masque obligatoire partout à Nantes. Le port du masque, qui était déjà requis dans le centre de Nantes deviendra obligatoire à partir de samedi dans toute la ville en raison d’une hausse du taux d’incidence de cas positifs au Covid-19.
  • Masque obligatoire dans 18 communes du Sud. Le port du masque est “obligatoire dans l’intégralité de l’espace publique, des lieux publics, et/ou accessible au public des communes suivantes : Nice, Cannes, Antibes, Cagnes-sur-Mer, Grasse, le Cannet, Menton, Saint-Laurent-du-Var, Vallauris, Mandelieu-la-Napoule, Mougins, Vence, Villeneuve-Loubet, Beausoleil, Valbonne, Roquebrune-Cap-Martin, Carros, la Trinité” annonce un nouvel arrêté concernant les Alpes-maritimes. La mesure est valable tous les jours entre 8 h et 1 h du matin et les contrevenants s’exposent à une amende de 135 euros. Le port du masque reste également obligatoire dans les marchés, foires, brocantes et vides grenier de tout le département.
  • Le campus Sciences-Po à Reims fermé à cause de cas positifs. Le campus de Sciences Po à Reims qui compte 1 00 étudiants sera fermé dès ce vendredi et jusqu’au 19 septembre inclus après que 23 étudiants ont été testés positifs au Covid-19 .
  • 20 classes fermées en Ile-de-France. Interrogé par 20minutes.fr, Aurélien Rousseau, le directeur de l’Agence régional de santé d’Ile-de-France. a déclaré : “Nous avons recensé au moins un cas positif dans 241 établissements en Ile-de-France, dont 151 à Paris.  Il ne s’agit pas seulement d’élèves ou de professeurs, cela concerne tous les agents, certains ne sont d’ailleurs pas en contact avec les élèves. Au total, 20 classes ont dû être fermées dans la région.” Le directeur confirme que la région est “sans nul doute face à un vrai rebond de l’épidémie“.
  • Le Covid-19 reconnu comme maladie professionnelle pour les soignants. Le Covid-19 sera automatiquement reconnu comme maladie professionnelle pour les soignants touchés par le virus et ayant eu besoin d’un apport d’oxygène, les autres soignants et les non-soignants devant passer par un comité de deux médecins, selon le ministère de la Santé.
  • Raccourcissement de la “quatorzaine”. Le Conseil scientifique a rendu un avis favorable pour réduire la durée d’isolement des personnes positives au coronavirus et des cas contacts à 7 jours au lieu de 14 actuellement, a annoncé Olivier Véran, ministre de la Santé, ce mardi 8 septembre sur France Inter. La mise en place de cette mesure sera discutée formellement vendredi prochain en Conseil de défense. 

Selon les derniers chiffres de Santé publique France, au 10 septembre, la France fait état de 9 843 nouveaux cas de coronavirus recensés en 24h (surtout chez les jeunes adultes) et 19 nouveaux décès.

• 30 813 personnes sont décédées en France

• 88 742 personnes sont rentrées à domicile

• 5 096 personnes sont hospitalisées

• 615 patients en réanimation

La circulation du virus progresse dans toutes les tranches d’âge, notamment chez les jeunes adultes, indique Santé Publique France dans son rapport hebdomadaire du 10 septembre. Sur la période du 31 août au 06 septembre : le nombre de nouveaux cas confirmés et donc le taux d’incidence hebdomadaire, ainsi que le taux de positivité des prélèvements continuent d’augmenter. La même tendance est observée pour les passages aux urgences pour suspicion de Covid-19, les nouvelles admissions en hospitalisation conventionnelle ainsi que les admissions en réanimation pour Covid-19. En revanche, le taux de dépistage est resté stable.

“En France métropolitaine, la progression de la circulation virale est exponentielle. La dynamique de la transmission en forte croissance est préoccupante”, indique Santé Publique France. Au 10 septembre, selon cette même source, la France compte 353 944 cas confirmés de coronavirus depuis le début de la pandémie. La circulation du virus se fait principalement chez les jeunes adultes. Sur un total de 67 millions d’habitants, cela représente 0,53%. Le pic épidémique a été observé la semaine du 23-29 mars, soit une semaine après la mise en œuvre des mesures de confinement de la population générale, le 17 mars 2020. Depuis mi-juin, le nombre de nouveaux cas confirmés de COVID-19 augmente régulièrement. 

Nombre incident de cas confirmés de COVID-19 par semaine du 10 mai au 06 septembre 2020 

Nombre incident de cas confirmés de COVID-19 par semaine, rapportés à Santé publique France, du 10 mai au 06 septembre 2020
Nombre incident de cas confirmés de COVID-19 par semaine, rapportés à Santé publique France, du 10 mai au 06 septembre 2020 © Santé Publique France

Nombre de cas confirmés de COVID-19 par semaine du 23 janvier au 29 août 2020.

Nombre de cas confirmés de Covid-19 en France
Nombre incident de cas confirmés de COVID-19 par semaine, rapportés à Santé publique France, du 23/01 au 29/08/2020 (données au 2 septembre) © Santé Publique France

Au 10 septembre, la France recense 2 202 nouvelles hospitalisations sur les 7 derniers jours dont 371 en réanimation. 615 personnes sont en réanimation à cause du Covid-19. Le taux hebdomadaire d’admissions en réanimation de patients COVID-19 a augmenté dans toutes les régions excepté en Corse et en Bretagne (taux stables). Au global, les nouvelles hospitalisations augmentent dans toutes les régions (sauf dans le Grand Est) et notamment en Provence-Alpes-Côte d’Azur, note Santé Publique France dans son rapport hebdomadaire du 10 septembre. Par ailleurs, depuis début juillet, les personnes hospitalisées âgées de moins de 40 ans représentent 19% des admissions alors que cette proportion était de 8% sur la période mars-juin. Depuis le 1er mars 2020, 114 196 patients ont été hospitalisés. L’âge médian des patients est de 71 ans et 53% sont des hommes. 88 742 patients sont retournés à domicile, un chiffre en constante augmentation au fil des jours.

Dans les établissements de santé, le gouvernement a activé plusieurs plans : le plan blanc élargi généralisé (plan de mobilisation interne) depuis le 19 mars, dans tous les établissements de santé (publics et privés), le plan bleu dans les Ehpad (Etablissement Hébergeant des Personnes Âgées Dépendantes) le 6 mars, la réserve sanitaire et la réserve civique (aide alimentaire d’urgence, garde exceptionnelle d’enfants, lien avec les personnes fragiles isolées, solidarité de proximité).

Selon les chiffres communiqués par le gouvernement, consolidés avec l’Agence Santé Publique France et les ARS (Agences régionales de Santé), voici l’évolution des hospitalisations (dont la réanimation) et des décès en France par région.

Evolution des hospitalisations (dont en réanimation) et décès à l’hôpital du Covid-19 par région au 10 septembre (source : Santé publique France)

Régions Hospitalisations en cours Evolution des nouveaux patients sur les  dernières 24 H Réanimation Soins intensif Evolution des nouveaux patients sur les  dernières 24 H Décès
Île-de-France 2 370 +11 202 -2 7 779
Grand Est 306 -22 19 -1 3 696
Auvergne-Rhône-Alpes 469 -26 68 +1 1 801
Hauts-de-France 431 -7 39 0 1 956
Bourgogne-Franche-Comté 46 +5 7 +2 1 067
Provence-Alpes-Côte d’Azur 549 -36 107 -11 1 029
Occitanie 213 -2 41 +2 538
Bretagne 80 +8 7 0 269
Nouvelle-Aquitaine 152 +5 35 -3 442
Normandie 94 +7 12 +4 449
Centre Val-de-Loire 74 +3 13 0 578
Pays de la Loire 95 +1 16 -2 499
Corse 12 +2 1 0 59
Martinique 13 +3 4 0 18
Guadeloupe 55 +19 17 -3 32
La Réunion 69 -2 12 -3 15
Guyane 46 -3 7 -1 59
Mayotte 3 0 1 0 28
TOTAL 5 096 -34 615 -17 20 338 (+19)

Le premier décès du coronavirus est survenu à Paris le 14 février 2020, il s’agissait d’un patient chinois de 80 ans. Au 10 septembre 2020, 30 813 personnes sont décédées en France (+19 en 24 heures).

Le nombre hebdomadaire de décès en France est stable.

Au niveau national, le nombre hebdomadaire de décès en France est stable. La proportion de décès chez les hommes est supérieure à celle des femmes depuis le début de la pandémie. Au moins 92% des cas de COVID-19 décédés sont âgés de 65 ans ou plus. Le nouveau coronavirus aurait causé entre 25 000 et 30 000 décès supplémentaires en France entre le 2 mars et le 31 mai, selon une synthèse publiée par Santé Publique France le 23 juillet. “Parmi les 25 030 décès en excès toutes causes confondues, 23 400 personnes décédées étaient âgées de 65 ans ou plus et 1 510 personnes étaient âgées de 15-64 ans. Dans cette dernière classe d’âges, ce sont les personnes de 45-64 ans qui ont été touchées. Inversement, la mortalité chez les enfants de moins de 15 ans a diminué de 14% sur la période au niveau national” explique Anne Fouillet, responsable de la surveillance de la mortalité à la Direction Appui, Traitements et Analyses des données (DATA) de Santé publique France.

• Carte des décès en France par départements

Au 10 septembre 2020, 75 départements sont en situation de vulnérabilité dont 35 ont un nombre de cas de Covid-19 au-dessus du seuil d’alerte de 50/100 000 habitants dont 7 avec un taux au-dessus des 100 cas pour 100 000 habitants :

Carte du taux d'incidence en France au 7 septembre
Carte du taux d’incidence en France au 7 septembre © Gouvernement.fr

• situation de vulnérabilité modérée : Ardèche, Ariège, Alpes de Haute Provence, Aube, Aude, Aveyron, Bas-Rhin, Deux-Sèvres, Dordogne, Doubs, Drôme, Eure-et-Loir, Gers, Haut-Rhin, Haute Loire, Haute Marne, Hautes Pyrénées Haute-Savoie, Haute Vienne, Indre et Loire, Landes, Lot et Garonne, Lozère, Marne, Mayenne, Mayotte, Meurthe et Moselle, Moselle, Morbihan, Oise, Réunion, Saône et Loire, Savoie, Seine Maritime, Somme, Tarn, Vienne, Yonne.

• situation de vulnérabilité élevée : Martinique, Guadeloupe (dont Saint Martin et St Barthélémy), Ain, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Côte d’Or, Corse du Sud et Haute Corse, Essonne, Gard, Gironde, Guyane, Haute-Garonne, Hauts-de Seine, Hérault, Loiret, Ille-et-Vilaine, Isère, Loire, Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Nord, Paris, Pas de Calais, Puy de Dôme, Pyrénées Atlantiques, Pyrénées Orientales, Rhône, Sarthe, Seine et Marne, Seine-Saint-Denis, Tarn-et-Garonne, Val-de-Marne, Val d’Oise, Var, Vaucluse, Yvelines.

En Outre-Mer : Antilles et La Réunion rapportent une augmentation de la circulation du SARS-COV-2. L’épidémie est en régression en Guyane et à Mayotte.

“Le flux de patients hospitalisés s’accélère en Ile-de-France”

Ile-de-France

L’épidémie repart en France, et notamment en Ile-de-France. “On est sans nul doute face à un vrai rebond de l’épidémie” confirme Aurélien Rousseau, directeur de l’Agence régional de santé d’Ile-de-France le 11 septembre à 20minutes.fr.10 à 20 patients sont hospitalisés en réanimation dans la région tous les jours. La semaine dernière, c’était une trentaine. (…) Le flux s’accélère – 2.000 cas sont identifiés chaque jour – même si on est loin de la situation qu’on a connu au printemps.” La connaissance du virus a néanmoins permis d’améliorer la prise en charge : “La durée moyenne des séjours en réanimation est plus basse qu’en mars et avril, on a plus de recul sur les signes cliniques.” Néanmoins, aujourd’hui “on ne peut pas reporter à nouveau toutes les interventions chirurgicales”. Après une augmentation progressive des cas de Covid-19 début février, l’Île-de-France a connu en mars une diffusion rapide des cas en communauté, l’épidémie atteignant un pic la semaine du 23 au 29 mars. Les Franciliens comptent pour environ 40 % des décès pour Covid-19 recensés en France depuis le 1er mars, que ce soit à l’hôpital ou en Ehpad. La classe d’âge des 20-30 ans reste la classe la plus fortement touchée par la diffusion du virus, et celle où la progression est la plus importante. Le nombre de nouveaux clusters est en augmentation. 

 

Selon le point de situation du ministère de la Santé du 6 septembre, 1640 clusters ont été signalés depuis le 9 mai en France (en incluant ceux en Ehpad). Le nombre de clusters dans les Ehpad repart à la hausse depuis 6 semaines. La région Provence-Alpes-Côte d’Azur comptabilisait 40% des clusters en cours d’investigation en Ehpad. Le 10 septembre, Santé Publique France rapporte 692 clusters en cours d’investigation (+71 en 24 heures) dont 69 en Ehpad. Les sources principales de ces clusters sont dans l’ordre : l’entreprise, le milieu familial et les évènements publics/privés rassemblant de manière temporaire des personnes.

Le taux de reproduction du coronavirus (R effectif ou R0) calculé à partir du nombre de tests positifs baisse, passant de 1.29 à 1.19 et celui calculé à partir des passages aux Urgences monte à 1.20 (vs 1.13 la semaine passée). Quels sont les départements ou régions où le virus circule le plus ? Comment ce nombre est-il calculé ? Définition, courbe d’évolution et carte par région.

Le gouvernement ne baisse pas la garde quant à la survenue d’une éventuelle deuxième vague : “Des plans de reconfinement territoriaux ou globaux sont prêts. Notre système hospitalier est près aussi à une éventuelle nouvelle vague de patients, en termes de lits, masques, médicaments, réanimateurs. Mais notre objectif est de tout faire pour éviter un reconfinement, surtout généralisé”, précise-t-il le 27 août à l’Elysée. Dans un avis du 27 juillet, le Conseil scientifique du Covid-19 prévenait qu’il “était hautement probable qu’une seconde vague épidémique soit observée à l’automne ou l’hiver prochain“. Pour autant, le Président du Conseil scientifique, le Pr Jean-François Delfraissy, refuse de parler de deuxième vague. Il préfère le terme de “rebond épidémique“. Selon lui, “c’est la même vague qui reprend parce qu’on a perdu les mesures de distanciation sociale“, indique-t-il le 24 août sur FranceInfo. Pour les membres du Conseil scientifique, une recrudescence importante des cas à l’automne-hiver est “quasi inévitable” et pour mieux l’appréhender, la lutte doit aujourd’hui se recentrer “au niveau local, ce qui “permettrait une meilleure acceptation par la population“, estime le Pr Pierre-Louis Druais, membre du Conseil scientifique du Covid-19 et médecin généraliste. Ce serait donc aux maires de chaque ville, en accord avec les préfets, de prendre des décisions localement et de mettre en place des mesures plus restrictives, d’organiser des dépistages massifs, de généraliser le port du masque dans la rue, de fermer des lieux publics ou de restreindre des accès. Concernant un possible reconfinement, le Président de la République Emmanuel Macron parle, dans une interview exclusive à Paris Match le 19 août, dereconfinement ciblé qu’on pourrait instaurer si la situation l’imposait“, plutôt que de “mettre le pays à l’arrêt, parce que les dommages collatéraux seraient considérables“. 

Détecter le coronavirus permet de suivre l’évolution de l’épidémie dans le pays et la circulation du virus particulièrement depuis le déconfinement. Depuis le 25 juillet, les tests PCR sont possibles pour tous les Français, sans ordonnance du médecin, sans avance de frais, sans présenter obligatoirement des symptômes et remboursés à 100%. Le dépistage peut aussi se faire sans ordonnance pour les cas contacts. 

Comme il n’y a ni vaccin, ni médicament efficace contre le coronavirus, le meilleur moyen de s’en protéger pour prévenir une deuxième vague est l’application de mesures barrières : respect de la distanciation physique minimale d’un mètre, port du masque, lavage des mains réguliers, réduction des rassemblements. Les personnes âgées ou atteintes de pathologies chroniques (atteintes respiratoire, cardiaque, obésité, diabète…) sont appelées à la plus grande prudence tant que le virus circule.

Si au début, on ne parlait que de fièvre, toux sèche, rhume, état grippal et de fatigue, les symptômes de l’infection par le coronavirus ont évolué. On sait désormais que le virus peut avoir des effets sur la peau (urticaire, autres affections dermatologiques), la sphère digestive (vomissements, diarrhées…), l’odorat, le goût et même le cerveau. 

  • Si vous présentez des symptômes (toux, fièvre, mal de tête) : éviter les contacts, rester à domicile, prenez du paracétamol si besoin, appeler un médecin pour prendre rendez-vous dans l’éventualité qu’il vous fasse passer un test de dépistage. 
  • Appeler le 15 en cas de difficultés respiratoires : “Si cette toux et cette fièvre s’accompagnent d’une gêne respiratoire qui devient permanente avec souffle court, difficulté à inspirer et à expirer, d’une aggravation importante de la toux, cela peut signifier une évolution de la maladie sous la forme d’une pneumopathie. Il s’agit alors d’une urgence respiratoire potentielle et comme dans tous les cas d’urgence, il faut alors appeler le 15 qui prendra les meilleures dispositions pour répondre à la situation”, prévient le Dr Patrick Aubé, médecin généraliste.  

Lire aussi : 

DATES CLÉS DE L’ÉPIDÉMIE
  • Le 31 décembre 2019, l’Organisation mondiale de la Santé en Chine est informée de plusieurs cas de pneumonies dans la ville de Wuhan. 44 personnes sont infectées entre cette date et le 3 janvier 2020.
  • Le 7 janvier 2020, les autorités chinoises identifient un “nouveau type de coronavirus”.
  • Le 13 janvier, un cas importé est recensé en Thaïlande.
  • Le 15 janvier, le virus cause la mort d’une première personne à Wuhan, un homme de 69 ans. 
  • Le 23 janvier, trois villes chinoises dont Wuhan sont placées en quarantaine.
  • Le 25 janvier, trois personnes contaminées sont recensées en France, deux à Paris et une Bordeaux. Ce sont les premiers cas enregistrés sur le continent européen.
  • Le 30 janvier, l’Organisation mondiale de la Santé décrète l’urgence de santé mondiale. Cette mesure n’avait été décrétée que 5 fois depuis sa création (pour Ebola (deux fois), la grippe H1N1, Zika et la poliomyélite). 
  • Le 23 février, la France déclenche le plan ORSAN, un dispositif exceptionnel d’organisation des soins.
  • Le 28 février, la France passe en stade 2 de l’épidémie.
  • Le 11 mars, l’OMS classifie de pandémie la diffusion de la maladie à coronavirus Covid-19 dans le monde.
  • Le 12 mars, le président de la République Emmanuel Macron annonce la fermeture nationale des crèches et établissements scolaires de France à compter du 16 mars et “jusqu’à nouvel ordre”.
  • Le 13 mars, l’OMS désigne désormais l’Europe comme épicentre.
  • Le 14 mars, la France passe au stade 3 de l’épidémie.
  • Le 16 mars, l’Europe ferme ses frontières ainsi que celles de l’espace Schengen. La France met en place un dispositif de confinement interdisant les déplacements.
  • Le 18 mars le premier transfert de patients Covid-19 en France est réalisé grâce à l’Armée, par voie terrestre et aérienne. 
  • Le 20 mars, plusieurs villes françaises, dont Nice, Montpellier, Perpignan, Arras… imposent un couvre-feu le soir et la nuit.
  • Le 26 mars, un premier cas jeune meurt en France, une adolescente de 16 ans, en Ile-de-France originaire de Morsang-sur-Orge.
  • Le 27 mars, le confinement de la population française est renouvelé jusqu’au 15 avril.
  • Le 2 avril, le million de cas de coronavirus dans le monde est dépassé, et plus de 51.000 morts, selon le décompte de l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 13 avril, Emmanuel Macron annonce le prolongement du confinement jusqu’au 11 mai.
  • Le 15 avril, le cap des 2 millions de cas de coronavirus dans le monde est franchi, et près de 129 000 décès, selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 27 avril, 3 millions de cas de coronavirus sont répertoriés dans le monde, et plus de 208 000 décès, selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 28 avril, le gouvernement français présente son plan de déconfinement valable à partir du 11 mai.
  • Le 11 mai, la France commence son déconfinement.
  • Le 21 mai, 5 millions de cas de coronavirus sont répertoriés dans le monde, et plus de 329 800 décès, selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 28 mai, le Premier ministre Edouard Philippe annonce les mesures de la phase 2 du déconfinement en France en vigueur du 2 au 22 juin.
  • Le 31 mai, 6 millions de cas de coronavirus sont répertoriés dans le monde, et plus de 369 244 décès, selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 7 juin, le cap des 400 000 morts est franchi (400 792) dans le monde et près de 7 millions de cas (6 944 916), selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 15 juin, toute la France passe en zone verte, sauf Mayotte et la Guyane. A Paris, les restaurants et bars peuvent rouvrir complètement.
  • Le 22 juin, les écoles sont de nouveaux obligatoires en France pour tous les élèves. Les cinémas, salles de jeux, casinos rouvrent. Les sports collectifs peuvent être autorisés tout en respectant certaines conditions sanitaires.
  • Le 28 juin, le cap des 10 millions de cas de coronavirus est franchi dans le monde, et les 500 000 décès ont été atteints dans la nuit du 28 au 29 juin 2020, selon les chiffres de l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 10 juillet, la France a franchi la barre des 30 000 morts. Dans la nuit du 10 au 11 juillet à minuit, l’état d’urgence sanitaire prend fin en France.
  • Le 20 juillet, le port du masque est obligatoire dans les lieux publics clos en France.
  • Le 11 août, le cap des 20 millions de cas de coronavirus est franchi dans le monde, et les 730 000 décès ont été atteints, selon les chiffres de l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 30 août, le cap des 25 millions de cas de Covid-19 a été officiellement franchi à travers le monde dans la nuit de samedi à dimanche, dont plus de la moitié en Amérique, selon un comptage réalisé par l’AFP.

Cet article est mis à jour quotidiennement par Aurélie Blaize, Anaïs Thiébaux et Samantha Pagès

Articles liés

Réponses