De Facebook à Tesla, voici les cofondateurs moins connus des plus grandes entreprises de la tech – Business Insider

Lorsqu’une entreprise tech atteint un certain niveau de réussite, le nom des fondateurs devient souvent synonyme de la marque qu’ils créent — du moins, c’est le cas des fondateurs qui sont le “visage” de leur entreprise. Pourtant, nous avons tendance à oublier que Steve Jobs, Travis Kalanick et Bill Gates n’ont pas créé Apple, Uber et Microsoft seuls.

Au contraire, ces entreprises n’existeraient peut-être pas sans les cofondateurs qui existent dans l’ombre, soit parce qu’ils ont choisi de se tenir à l’écart des projecteurs, soit parce que les pressions exercées par les premières années d’une entreprise en pleine croissance les ont repoussés. Nombre de ces mêmes personnes ont ensuite eu d’autres idées qui valant plusieurs millions de dollars, tandis que d’autres sont parties pour une vie de philanthropie ou ont poursuivi une autre passion.

Voici les cofondateurs moins connus qui ont contribué à la création de certaines des plus grandes entreprises technologiques du monde :

Steve Wozniak a conçu et construit le premier ordinateur Apple, l’Apple 1.

Steve Wozniak.  Justin Sullivan/Getty Images

Steve Wozniak (alias “Woz”) n’a pas vraiment besoin d’être présenté. Mais pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire, il a créé Apple avec Steve Jobs en 1976.

Steve Wozniak travaillait à l’époque chez Hewlett-Packard, où il a essayé de partager sa conception de informatique. Lorsqu’il a été refusé à plusieurs reprises, Steve Jobs — qui y travaillait pendant l’été — a suggéré que les deux hommes essaient de vendre une version entièrement assemblée du concept à un tiers.

Alors qu’Apple se développait, Steve Wozniak a senti que l’accent mis sur le marketing l’empêchait de se concentrer sur le travail ingénieur, et il est parti pour de bon en 1985. Mais il est toujours le seul inventeur de plusieurs brevets Apple, dont celui du “micro-ordinateur pour l’affichage vidéo”.

La même année où il a quitté Apple, Steve Wozniak a obtenu son diplôme à l’université de Berkeley (sous le faux nom de “Rocky Clark”), et a fondé une société qui a construit la première télécommande universelle programmable.

Depuis, Steve Wozniak a cofondé deux autres entreprises, de multiples associations à but non lucratif, dont l’Electronic Frontier Foundation, et le Silicon Valley Comic Con. Il siège au conseil d’administration de plusieurs entreprises et figure toujours sur la liste officielle des employés d’Apple, dont il est également actionnaire.

Ronald Wayne, le troisième cofondateur d’Apple, a rencontré Steve Jobs et Steve Wozniak alors qu’il travaillait chez Atari.

Ronald Wayne.  MediaNews Group/The Mercury News via Getty Images

Lorsque Steve Jobs et Steve Wozniak ont formé “Apple Computer” en 1976, Ronald Wayne a dessiné le premier logo et négocié l’accord de partenariat qui lui a donné 10% de la société.

Mais Ronald Wayne, qui avait 42 ans à l’époque, n’a tenu que 12 jours avant de décider qu’il ne pouvait pas suivre le rythme de la société. Il a vendu ses parts pour 800 dollars — une décision qu’il ne regrette pas.

Aujourd’hui, Ronald Wayne a écrit deux livres, détient des dizaines de brevets et vend de l’or, des pièces rares et des timbres depuis son domicile, dans le Nevada. Depuis, il a vendu aux enchères ses archives Apple.

On attribue à Garrett Camp l’invention d’Uber.

Dara Khosrowshahi, DG d’Uber, à gauche, et le cofondateur Garrett Camp.  Brendan McDermid/Reuters

Ce n’est pas l’ancien DG d’Uber, Travis Kalanick, qui a eu l’idée de créer Uber. “Garrett [Camp] est le type qui a inventé cette m—-“, a lâché Travis Kalanick lors d’un événement organisé par Uber à San Francisco. “Je veux juste l’applaudir et l’embrasser en même temps.”

Garrett Camp a décrit ce que nous connaissons comme du “covoiturage” à Travis Kalanick, lorsqu’ils ont participé à la conférence LeWeb 2008 : il voulait créer un service pratique de voitures de luxe avec chauffeur dont l’utilisation ne coûterait pas mille dollars. Travis Kalanick était de la partie, et UberCab a commencé plus tard dans l’année.

Le prototype initial a été créé par Garrett Camp. Travis Kalanick a été recruté comme “méga-conseiller”, et n’a été nommé DG qu’en 2010, lorsqu’il a remplacé Ryan Graves.

Garrett Camp a commencé à construire sa fortune lorsqu’il a vendu l’outil de recommandation en ligne StumbleUpon à eBay, en 2007. Il est également investisseur, créateur du studio Expa — qui aide les nouveaux fondateurs à construire leurs propres produits —, et a lancé une association à but non lucratif appelée la Fondation Camp.

Garrett Camp a siégé au conseil d’administration d’Uber jusqu’en mars 2020. Il détient environ 4 % des parts de la société.

Twitter a eu trois cofondateurs : Ev Williams, Noah Glass et Biz Stone

De gauche à droite : Jack Dorsey, Biz Stone, Ev Williams et Dick Costolo. Brendan McDermid/Reuters

Jack Dorsey a joué un rôle énorme dans le développement de Twitter, mais il n’était pas techniquement fondateur de la société.

Twitter est issu d’Odeo, une société de podcast fondée par Noah Glass et Evan “Ev” Williams (un ex-Googler qui a cofondé Blogger avant qu’il ne soit vendu à Google).

Ev Williams a poussé l’équipe à trouver une nouvelle idée quand iTunes a annoncé la plateforme de podcasting pour iPods en 2005. Une idée de Jack Dorsey, un web designer d’Odeo, a alors attiré l’attention de Noah Glass. Ce dernier a travaillé avec Jack Dorsey et un développeur sous contrat nommé Florian Webber pour présenter Twitter, et a trouvé le nom (alors “Twttr”). Les deux autres ont construit le prototype, mais le service a finalement fonctionné sur le laptop de Noah Glass, un Thinkpad d’IBM.

Biz Stone, un autre ex-Googler amené par Ev Williams, a aidé l’équipe de Twitter de temps en temps, et a rédigé une partie de la documentation juridique.

L’année suivante, Ev Williams a racheté la totalité d’Odeo — y compris Twitter — aux actionnaires, et l’a transformée en Obvious Corp. (qu’il dit avoir cofondée avec Biz Stone). Il aurait aussi écarté Noah Glass. La raison n’est pas tout à fait claire, bien qu’Ev Williams et Noah Glass aient des personnalités opposées. (Toute l’histoire de Twitter, et la relation entre Noah Glass et Williams, est expliquée dans un article de Business Insider US datant de 2011).

Aujourd’hui, Biz Stone est investisseur et cofondateur de plusieurs entreprises. Il a investi dans les autres entreprises de Jack Dorsey et d’Ev Williams.

Ev Williams a brièvement été DG de Twitter, et a toujours une participation dans l’entreprise, mais il est maintenant le fondateur et le DG de la plateforme de publication Medium.

Le public ne connait pas grand-chose sur Noah Glass, si ce n’est son profil Twitter, où l’on peut lire “j’ai commencé ça”.

Jim McKelvey est le cofondateur de Square avec Jack Dorsey.

Jim McKelvey, deuxième à droite, et Jack Dorsey, à gauche.  Lucas Jackson/Reuters

Lorsque Square a été fondé en 2009, le nom de Jack Dorsey a éclipsé celui de Jim McKelvey’s. Mais les deux hommes ont créé ensemble la populaire solution de terminal de paiement relié à un téléphone portable.

Jack Dorsey avait autrefois codé des logiciels pour Jim McKelvey, et après son éviction de la direction de Twitter, les deux hommes se sont retrouvé.

“Nous avons créé Square car Jim McKelvey, notre cofondateur et mon deuxième patron (après ma mère !), ne pouvait pas accepter de carte de crédit pour ses œuvres d’art”, explique Jack Dorsey à propos de Jim McKelvey dans la lettre des fondateurs Square, avant que l’entreprise n’entre en Bourse. Jim McKelvey a fait part de son problème à Jack Dorsey, et les deux ont eu l’idée de Square. Jim McKelvey a conçu le matériel et construit le lecteur magnétique, tandis que Jack Dorsey a codé le logiciel.

Aujourd’hui, Jim McKelvey siège au conseil d’administration de Square. Il a depuis fondé deux autres sociétés : LaunchCode et Invisibly, d’après son profil LinkedIn. Il a écrit un livre, qui est sorti en mars, intitulé “The Innovation Stack”.

Le constructeur automobile Tesla a eu quatre cofondateurs : Martin Eberhard, Marc Tarpenning, Ian Wright et JB Straubel

Martin Eberhard, cofondateur et ancien DG de Tesla.  Paul Sakuma/ AP Photo

Il existe deux versions de la façon dont Tesla a débuté : la première est que l’entreprise est en fait une invention de Martin Eberhard et Marc Tarpenning, datant de 2003. Les deux ingénieurs ont fait tout ce qu’ils ont pu sans aide, mais ils ont finalement dû trouver un gros investisseur pour mener le cycle de financement de la série A. Ian Wright — qui a été le troisième à rejoindre l’équipe, suivi par JB Straubel — et Martin Eberhard ont attiré Elon Musk en 2004.

Dans la version des faits d’Elon Musk, lui et l’équipe de Tesla Motors étaient intéressés par la commercialisation d’un petit roadster électrique appelé tZero. L’entreprise à l’origine de la voiture, AC Propulsion, a refusé de la commercialiser, mais l’a présentée à Elon Musk et Tesla Motors. Les deux ont décidé de faire équipe, ce qui a conduit à la formation de la société telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Quoi qu’il en soit, Elon Musk a mené deux cycles de financement et en a codirigé un troisième avant que le premier véhicule de production de Tesla, le Roadster, ne soit finalement dévoilé en 2006. Martin Eberhard et Marc Tarpenning sont tous deux partis après la rétrogradation du premier de son poste de DG en 2007. Et un an plus tard, Elon Musk a pris le rôle principal.

Martin Eberhard a ensuite poursuivi Elon Musk et Tesla en justice pour diffamation, calomnie et rupture de contrat. Il a allégué que Tesla avait tenté à tort de “réécrire l’histoire” en lui retirant son poste de fondateur. Il a finalement retiré la plainte et une partie de l’accord amiable prévoyait qu’il y aurait cinq fondateurs officiels de Tesla.

Martin Eberhard et Marc Tarpenning ont ensuite travaillé ensemble sur un certain nombre d’autres projets de véhicules électriques, notamment avec Volkswagen et SF Motors. Ian Wright est parti un an après avoir rejoint Tesla, et a fondé Wrightspeed, qui développe des pièces électriques pour les camions. JB Straubel est resté le directeur technique de Tesla jusqu’en juillet 2019.

Le directeur technique de Snap, Bobby Murphy, a fondé la société avec Evan Spiegel.

Bobby Murphy, à gauche, et Evan Spiegel. Lucas Jackson/Reuters

Bobby Murphy et Evan Spiegel se sont rencontrés au sein de la fraternité Kappa Sigma à l’université de Stanford.

Bobby Murphy étudiait les mathématiques et l’informatique, et Evan Spiegel la conception de produits. Ils ont réfléchi ensemble au prototype d’une application qui ferait disparaître les images après leur partage.

Bobby Murphy a travaillé 18 heures par jour pour coder le prototype, et a pris un emploi dans la société Revel Systems, spécialisée dans l’enregistrement sur iPad, avant que Snapchat ne prenne son envol. Il reste le directeur technique de Snap, et a écrit la majeure partie du code de l’application Snapchat actuelle.

Les deux cofondateurs de Snap ont une fortune presque égale (entre 4,6 et 4,8 milliards de dollars en septembre 2020, selon Forbes, soit entre 3,9 et 4 milliards d’euros), mais Bobby Murphy préfère garder un profil beaucoup plus bas que son homologue.

Snap avait initialement un troisième cofondateur, Reggie Brown.

De gauche à droite : Reggie Brown, Bobby Murphy et Evan Spiegel.  Chris Saucedo/Getty Images for SXSW

Le duo Evan Spiegel-Bobby Murphy était initialement un trio, et le troisième membre oublié — Reggie Brown — aurait été l’homme à l’origine de l’idée. En 2013, il a porté l’affaire devant les tribunaux.

Reggie Brown, également membre de la fraternité Kappa Sigma, aurait approché Evan Spiegel avec un concept d’appli qui envoie des photos qui disparaissent peu après avoir été partagées. Evan Spiegel aurait recruté Bobby Murphy car ni lui ni Reggie Brown n’avaient les connaissances nécessaires pour coder. Tous les trois auraient conclu un accord non-écrit de partage de la propriété et des bénéfices : Evan Spiegel DG, Bobby Murphy comme directeur technique et Reggie Brown comme directeur du marketing.

Reggie Brown aurait trouvé “Picaboo”, le premier nom de l’application, ainsi que le logo : un fantôme désormais largement reconnu, qu’il a appelé “Ghostface Chillah”. Mais, quelques mois après le lancement de Snapchat sur l’Apple Store — un aperçu de la célébration est présenté ci-dessus —, Evan Spiegel et Bobby Murphy auraient eu l’impression que Reggie Brown n’apportait pas grand-chose en tant que directeur du marketing, et auraient changé les mots de passe des serveurs et des comptes de la startup.

En 2013, Reggie Brown a poursuivi ses deux anciens amis pour rupture de contrat, et ils ont réglé leur différend un an plus tard. Snapchat a publié une déclaration disant que Reggie Brown avait eu l’idée et qu’il avait été payé 157,5 millions de dollars (133,4 millions d’euros), selon les dossiers de Snap à la SEC (Securities and Exchange Commission, gendarme financier américain) pour 2014 et 2016. Depuis, Reggie Brown fait profil bas.

Le peu que nous savons sur la situation de Reggie Brown est qu’il n’avait pas d’emploi rémunéré au moment du procès, et qu’il a obtenu un master en gestion à l’Université de Duke en mai 2014.

Microsoft a été fondée par deux personnes : Bill Gates et feu Paul Allen.

Paul Allen.  Marcio Jose Sanchez/AP

Bill Gates et Paul Allen sont devenus amis au lycée et ont fondé Microsoft en 1975. Paul Allen a trouvé le nom (à l’origine Micro-Soft, selon une interview de 1995 dans Fortune), puis a conclu un accord pour une technologie qui a attiré IBM, ce qui a permis à Micro-Soft de prendre son envol.

Paul Allen a quitté Microsoft en 1982 lorsqu’on lui a diagnostiqué un lymphome de Hodgkin, un cancer qui affecte le système immunitaire. Il a eu une autre poussée de cancer en 2009. Et en 2018, il a annoncé que son cancer était revenu pour la troisième fois. Paul Allen est mort peu après, à l’âge de 65 ans.

Paul Allen était un philanthrope, qui a fait don de plus de 2 milliards de dollars (1,69 milliard d’euros) au cours de sa vie. Il a également participé à de nombreuses autres entreprises, notamment en tant que propriétaire des Portland Trail Blazers, des Seattle Seahawks, et de l’Institut Allen pour la science du cerveau.

Marc Randolph a cofondé Netflix avec Reed Hastings.

Marc Randolph.  George Pimentel/Getty Images pour Audi

Marc Randolph et Reed Hastings se sont rencontré lorsque la société de ce dernier, Pure Atria, dont il était le fondateur et le DG, a racheté la société de logiciels où travaillait Marc Randolph. Reed Hastings a nommé Marc Randolph au poste de vice-président du marketing d’entreprise. Mais, peu après, Pure Atria a été rachetée par Rational Software.

Pendant les quatre mois où l’acquisition de Rational-Pure Atria était en cours de finalisation, Reed Hastings et Marc Randolph ont réfléchi activement à nouvelle idée d’entreprise, selon le récit de Marc Randolph. “Et à l’époque, Amazon écrasait tout avec des livres. Avec quoi d’autre pouvions-nous tout écraser ?”

Les deux hommes ont envoyé un CD par la poste au domicile de Reed Hastings, il a été livré intact. Ce dernier a investi de l’argent dans l’idée d’entreprise et est allé à Stanford pendant un an pour obtenir son master, tandis que Marc Randolph prenait les rênes.

Marc Randolph a été le premier DG de Netflix. Il a donné son nom à la société et a conçu la marque et l’interface. Reed Hastings devait initialement être un investisseur et un membre du conseil d’administration, mais lorsqu’il a commencé à venir plus souvent au bureau, les cadres ont convenu qu’il était temps de changer. Marc Randolph lui a cédé le poste en 1999 pour se tourner vers le développement de produits, car il avait manqué la phase de démarrage de l’entreprise.

“Quand je repense à ce que j’ai fait de plus intelligent chez Netflix, je pense au retour d’Hastings. Il est devenu très, très important de la société, pour finalement devenir DG à ma place. Cela a probablement été la chose la plus intelligente que j’ai faite là-bas”, a déclaré Marc Randolph dans une interview au Silicon Valley Business Journal.

Marc Randolph est resté au conseil d’administration jusqu’en 2003, un an après l’entrée en Bourse de la société. Depuis lors, il a été membre du conseil d’administration et fondateur de plusieurs entreprises, dont la société d’analyse de données Looker, et a été un des principaux orateurs sur l’esprit d’entreprise et l’innovation, en raison du temps qu’il a passé chez Netflix.

PayPal a été cofondé par plusieurs personnes en plus de Peter Thiel : Max Levchin, Luke Nosek et Ken Howery.

Max Levchin. Getty / Steve Jennings

Les anciens employés de PayPal ont été surnommés la “mafia PayPal”, parce qu’un certain nombre d’entre eux ont ensuite fondé d’autres grandes entreprises tech. Mais tout a commencé avec Peter Thiel.

Peter Thiel a rencontré Max Levchin alors qu’il donnait une conférence à Stanford, selon un article de TechRepublic, et les deux ont commencé à travailler ensemble sur un portefeuille numérique. Peter Thiel est allé à Stanford, et Max Levchin a fréquenté l’université de l’Illinois à Urbana-Champaign (UIUC), d’où proviennent presque toutes leurs recrues.

Luke Nosek avait fréquenté l’UIUC avec Max Levchin, où les deux avaient travaillé ensemble à la co-fondation d’une entreprise de médias, et Ken Howery a été recruté par Peter Thiel après avoir obtenu son diplôme de Stanford.

Peter Thiel, Max Levchin et Luke Nosek ont fondé Confinity : une société qui fabriquait des logiciels permettant de transférer des paiements entre des appareils portables en 1998, comme les PalmPilots et les PDA. Peter Thiel en était le PDG et Max Levchin le directeur technique. Luke Nosek était le vice-président du marketing, de la stratégie et du développement commercial, et Ken Howery était le directeur financier. Le produit s’appelait PayPal.

En 2000, le fondateur de X.com, Elon Musk, a pris la décision d’acquérir Confinity. Il a été presque immédiatement remplacé par Peter Thiel en tant que DG, qui a changé le nom en PayPal, Inc. Après l’acquisition de PayPal par eBay en 2002, la plupart des membres d’origine de la “mafia PayPal” sont passés à autre chose.

Ken Howery a été directeur du développement des entreprises d’eBay, mais il a finalement rejoint Peter Thiel en 2004 pour devenir vice-président du capital-investissement dans l’un de ses fonds de capital-risque, Clarium Capital Management. Il a ensuite cofondé, avec Peter Thiel et Luke Nosek, Founders Fund, la célèbre société de capital-risque basée à San Francisco. Aujourd’hui, Ken Howery est l’ambassadeur des États-Unis en Suède.

Luke Nosek a quitté Founders Fund en 2017 pour créer son propre fonds d’investissement appelé Gigafund, un fonds axé sur SpaceX.

Max Levchin a fondé la société de jeux sociaux Slide en 2004. Google l’a achetée pour 182 millions de dollars (154 millions d’euros) en 2010, et Max Levchin a été autorisé à la gérer de manière indépendante jusqu’à ce que le cofondateur de Google, Larry Page, la ferme en 2011. Max Levchin a ensuite fondé HVF, qui s’est transformée en la société de technologie financière Affirm. Il a été membre du conseil d’administration de plusieurs sociétés, dont Yelp et Evernote.

Dustin Moskovitz, Chris Hughes, Andrew McCollum et Eduardo Saverin ont tous contribué à la création de Facebook.

Dustin Moskovitz.  Getty

Les cinq fondateurs de Facebook étaient des camarades de classe à l’université Harvard. Mark Zuckerberg, qui était le cerveau de thefacebook.com, comme le site était appelé à l’époque, a recruté ses colocataires Dustin Moskovitz et Chris Hughes, ainsi que deux autres amis pour l’aider à le développer.

Mark Zuckerberg connaissait Eduardo Saverin depuis environ un an lorsqu’il l’a invité à le rejoindre. Ce dernier a été le premier investisseur de Facebook et a assumé le rôle de partenaire commercial lors des débuts de Facebook.

Dustin Moskovitz, désireux d’aider Mark Zuckerberg à développer le site, a appris le langage PHP en “quelques jours”, selon le PDG de Facebook, et est devenu le premier directeur technique de la société. Chris Hughes a servi de porte-parole, de bêta-testeur, de spécialiste des relations publiques, de représentant du service clientèle et de tout ce qui concernait les utilisateurs, mais il n’a rien codé.

Mark Zuckerberg connaissait Andrew McCollum des cours d’informatique, et il lui a demandé de concevoir le premier logo de Facebook — un visage qui était en fait une esquisse de l’acteur Al Pacino. Andrew McCollum a également travaillé sur le programme de partage de fichiers de Facebook appelé Wirehog, qui n’a jamais pris le chemin prévu par Mark Zuckerberg.

L’été suivant le lancement du site en 2004, Mark Zuckerberg, Chris Hughes et Dustin Moskovitz se sont rendus à Palo Alto, en Californie. Mark Zuckerberg et Dustin Moskovitz ont décidé d’abandonner Harvard et de rester en Californie pour délocaliser leurs activités et commencer à embaucher des employés. Chris Hughes y est retourné au début du semestre, mais les a rejoints à nouveau lorsqu’il a obtenu son diplôme en 2006.

Pendant qu’ils étaient à Palo Alto, Mark Zuckerberg a poussé Eduardo Saverin à quitter l’entreprise. Ce dernier a finalement poursuivi Facebook pour violation de son obligation fiduciaire. Il s’en est sorti avec 4 % de la société. Il vit aujourd’hui à Singapour, ayant renoncé à sa citoyenneté américaine en 2011 — un an avant l’introduction en Bourse de Facebook, ce qui signifie que les impôts qu’il devait payer sur les plus-values ont été considérablement réduits.

Andrew McCollum est parti en 2006 et est actuellement le PDG de la société de télévision sur internet Philo.

Chris Hughes a quitté Facebook en 2007 pour se porter volontaire pour la campagne présidentielle de Barack Obama, a fait du travail à but non lucratif avec Jumo et l’ONUSIDA, et a acheté une participation dans le magazine “The New Republic”, qu’il a ensuite vendue. En mai 2019, Chris Hughes a lancé un pavé dans la mare en publiant un article d’opinion dans le New York Times qui appelait les régulateurs à démanteler Facebook afin de protéger les utilisateurs et la concurrence.

Dustin Moskovitz est parti en 2008 pour cofonder l’application de gestion d’équipe Asana, récemment entrée en Bourse.

Mike Krieger est devenu cofondateur alors qu’Instagram n’en était encore qu’à ses débuts.

Kevin Systrom, à gauche, et Mike Krieger.  Chris Saucedo/Getty Images pour SXSW

Kevin Systrom était peut-être le visage le plus public d’Instagram, mais Mike Krieger était là quand Ie réseau social s’appelait encore “Burbn”.

Mike Krieger, qui a précédé de deux ans Kevin Systrom à Stanford, travaillait sur sa propre application, appelée Meebo, lorsque Kevin Systrom l’a recruté. Peu après l’arrivée de Mark Krieger, les deux hommes ont décidé de modifier Burbn, en éliminant la plupart des fonctionnalités pour se concentrer uniquement sur le partage de photos.

En avril 2012, Mark Zuckerberg et Facebook ont racheté Instagram pour un milliard de dollars (850 millions d’euros). Le duo est resté chez Facebook jusqu’en 2018, lorsque Kevin Systrom et Mark Krieger ont annoncé brusquement qu’ils quittaient respectivement leurs fonctions de DG et de directeur technique, et qu’ils quittaient complètement Instagram.

Version originale : Avery Hartsman/Business Insider

A lire aussi — Facebook s’associe à Ray-Ban pour lancer une paire de lunettes connectées

Articles liés

Réponses