Découverte : voici à quoi ressemble une larve de poisson-lune ! – Science et Vie

Jamais une larve de poisson-lune n’avait été retrouvée dans la nature. A quoi pouvait-elle bien ressembler, alors qu’à l’âge adulte, ce mastodonte atteint les 3 mètres de long et dépasse les 2 tonnes ? A une minuscule étoile.

Le mystère demeurait jusque-là. « Alors que les poissons-lunes sont incroyablement féconds, pourquoi leurs œufs n’ont jamais été retrouvés dans la nature ? Et pourquoi leurs larves sont si rares ? », s’est interrogée Marianne Nyegaard, spécialiste de cette espèce atypique.

Sur le même sujet

abonné

Stylephorus chordatus possède de multiples versions du gène RH1 qui lui permettent de voir les couleurs malgré l'obscurité.

Avec ses collègues de l’Australian Museum, elle a voulu résoudre cette énigme en cherchant parmi les spécimens non-identifiés conservés au musée de Sydney. Une tâche difficile étant donné que les larves de poisson n’ont bien souvent rien à voir avec leur forme à l’âge adulte.

Des spécimens collectés en 2017 au sud-est de l’Australie, préservés dans de l’alcool, ont finalement attiré son attention. Et les analyses ADN réalisées à partir d’un globe oculaire l’ont confirmé : ces larves minuscules de 5 mm seulement, semblables à de petites étoiles, appartiennent bien à l’espèce Mola alexandrini.

Le poisson-lune, un géant des mers à protéger

Ces poissons-lunes connaissent ainsi une croissance extraordinaire puisqu’à l’âge adulte, ils peuvent alors atteindre 3 mètres de long et dépasser les 2 tonnes ! De quoi mieux appréhender leur développement. « Mais cette découverte n’est qu’une étape dans la connaissance de l’ontogenèse des trois espèces de poissons-lunes Mola. Pour protéger ces géants des mers, nous devons comprendre tout leur cycle de vie», souligne Marianne Nyegaard, qui va s’atteler à trouver des correspondances avec d’autres larves.

Articles liés

Réponses