DIRECT. Covid en France : clusters dans les facs, incidence en baisse… Le point par département – Linternaute.com


DIRECT. Covid en France : les mesures annoncées à Bordeaux et à Marseille

COVID. De nouvelles mesures sont entrée en vigueur à Bordeaux et à Marseille ce lundi, pour contrer la résurgence du coronavirus, particulièrement virulente dans les deux villes. Les infos en direct.

19:00 – Bouches-du-Rhône : le port du masque obligatoire dans 27 communes

Au cours d’une conférence de presse en Préfecture, le préfet de la région Sud Christophe Mirmand a fait le point sur l’épidémie du coronavirus dans la région, rapporte La Provence. “La circulation du virus s’est accélérée et exige des mesures. Ces mesures s’articulent en trois axes. Le premier axe vise à protéger la population en intensifiant les mesures sanitaires. Le second, c’est l’objectif de conciliation et le troisième, c’est de diffuser plus largement des messages”, a-t-il indiqué en préambule. Le port du masque est désormais obligatoire de 6h du matin à 2h du matin dans certaines communes, au nombre de 27. “Pour les autres communes, le port du masque sera obligatoire dans les lieux publics les plus fréquentés”, a-t-il précisé. Cette différenciation répond aux préoccupations des maires, comme le précise le média.

18:40 – Au Vatican, le pape François constamment surveillé

Le pape François, âgé de 83 ans, est “constamment surveillé” médicalement, a assuré son bras droit, le Secrétaire d’État Pietro Parolin. Comme l’indique BFMTV, il s’est voulu rassurant après une rencontre entre le souverain pontife et un cardinal testé ultérieurement positif. En effet, le cardinal philippin Luis Antonio Tagle a été testé positif au coronavirus en arrivant en avion à Manille le 10 septembre. Or, le prélat de 63 ans avait eu une audience privée avec le pape François le 29 août, précise le média.

18:20 – En raison du coronavirus, une rentrée impossible pour des universités

Le gouvernement avait annoncé que les établissements de l’enseignement supérieur “étaient prêts à recevoir les étudiants” malgré le coronavirus, comme le rappelle France 3 Régions. Néanmoins, en Occitanie, les amphithéâtres de nombreuses universités à Toulouse et Montpellier saturent et ne permettent pas de respecter la distanciation, précise le média. Un enseignant de l’université Paul Sabatier, interviewé par le média, ne cache pas son agacement : “L’an dernier en raison du Covid, il nous a été demandé d’être bienveillant dans nos notations. Il y a eu un taux anormalement élevé de réussite aux examens, notamment en L2 et L3, là où il y a habituellement une véritable sélection. Je me retrouve actuellement confronté à une augmentation de 30% de mes effectifs, avec par exemple 230 étudiants pour un cours dans un amphi de 180 places.”

18:00 – Être contaminé deux fois dans la même année par le coronavirus, c’est possible ?

Des personnes contaminées une première fois par le coronavirus peuvent à nouveau être infectées au cours de la même année, ont établi des chercheurs de l’institution universitaire médicale néerlandaise Amsterdam UMC, comme le rapporte le média belge RTBF. Ceux-ci basent leurs conclusions, publiées lundi 14 septembre 2020 dans la revue scientifique Nature Medicine, sur l’étude de coronavirus ayant circulé avant l’épidémie actuelle de Covid-19 et estiment donc probable que le “nouveau” coronavirus ait les mêmes effets.

17:39 – Une mesure pour les Ehpad

Les Ehpad des Bouches-du-Rhône, comme ceux de la Gironde, font face à une nouvelle mesure. Les résidents seront limités à une visite de deux personnes par jour jusqu’au 1er octobre prochain, annonce le préfet.

17:34 – Du nouveau sur le port du masque dans les BDR

Comme vient de l’annoncer le préfet des Bouches-du-Rhône, le port du masque obligatoire va être étendu à 27 communes du département et ce de 6 heures à 2 heures du matin, à l’exception des espaces naturels, précise Christophe Mirmand.

17:18 – L’inquiétude de l’ARS PACA

Le directeur de l’Agence régionale de santé de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur a fait part de son inquiétude compte tenu des chiffres liés au Covid-19 dans la région, et plus particulièrement dans le département des Bouches-du-Rhône. Philippe de Mester a évoqué “une dégradation constante depuis le début du mois de septembre”.

17:10 – Annonce des mesures à Marseille

Philippe de Mester, directeur de l’Agence régionale de santé de la région PACA, prend la parole depuis Marseille pour annoncer les nouvelles mesures en vigueur dans la cité phocéenne pour lutter contre la reprise épidémique.

16:56 – Lundi 14 septembre, journée dépistage à Longvic

La Ville de Longvic, avec l’Agence régionale de santé (ARS), l’assurance maladie et la Croix-Rouge organisent, ce lundi, une opération de dépistage gratuit du Covid-19. La campagne de dépistage au Covid-19 se déroule depuis 15h30 et doit durer jusqu’à 19 heures à l’espace Jean-Bouhey. Pour en bénéficier, il faudra vous munir de votre carte vitale et respecter le port du masque. Le test est ouvert à tous, et se fait sans rendez-vous, avec ou sans signe évocateur de la maladie.

16:29 – Coup de frein dans les opérations de dépistage à Paris

Alors que trois nouveaux sites de dépistages au Covid-19 devaient ouvrir cette semaine à Paris, un seul sera finalement opérationnel, dans le 13e arrondissement. C’est l’Agence régionale de Santé d’Ile-de-France qui en a informé la mairie. “Nous sommes tombés des nues. Nous étions prêts : tentes, sites, personnel… Tout était organisé”, regrette Anne Souyris, l’adjointe à la maire de Paris chargée de la santé interrogée par Le Parisien, regrettant un “retard grave dans une situation épidémique exponentielle” que connaît la capitale.

16:02 – Les autres mesures en Gironde

Au-delà des principales mesures évoquées ici-même, d’autres engagements ont été pris par la préfecture de Gironde, à savoir : plus de bus et de tramway pendant les heures de pointe, intensification des contrôles dans les entreprises, recommandation du télétravail, masques obligatoires 50 mètres autour des salles de sport, de spectacles et conservatoires et dans les campus. Par ailleurs, il est demandé aux habitants de limiter à 10 personnes les rassemblements privés.

15:49 – Le bilan dans l’Ehpad de l’Aveyron passe à 8 morts

Ce lundi après-midi, le bilan dans l’Ehpad de Sévérac-d’Aveyron, où un foyer de Covid-19 a été identifié, est désormais de huit morts parmi les résidents. Pour rappel, 48 résidents et 20 membres du personnels ont été testés positifs au coronavirus dans cet établissement.

15:26 – Les nouvelles mesures à Bordeaux

Comme vient de l’annoncer la préfecture, de nouvelles mesures entrent en vigueur à Bordeaux :

  • Limitation de deux personnes par semaine pour les résidents d’Ehpad
  • Jauge du nombre de rassemblements abaissée à 1 000 personnes, au lieu de 5 000 ailleurs
  • Interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes en extérieur
  • Soirées étudiantes et sorties scolaires interdites
  • Fêtes foraines, brocantes et vides-greniers interdits
  • Consommation d’alcool interdite sur la voie publique

15:05 – La situation en Nouvelle-Aquitaine

L’accélération de la circulation du coronavirus se poursuit avec une hausse des cas confirmés et du nombre de clusters dans la région Nouvelle-Aquitaine, qui se comptent au nombre de 20. Un phénomène notamment en lien avec les mouvements importants de population en période estivale et le relâchement des gestes barrières. Le taux d’incidence a été multiplié par neuf chez les 20-30 ans. Selon le dernier rapport de l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine sur 45 743 tests réalisés, 1 012 se sont révélés positifs.

14:44 – Opération de dépistage à Cergy

Nouvelle opération de dépistages gratuits et sans rendez-vous à Cergy ce lundi, organisée par l’Agence régionale de santé. Organisés dans la salle d’exposition du Carreau à Cergy-préfecture, les tests au Covid-19 doivent durer jusqu’à ce vendredi 18 septembre et sont ouverts à l’ensemble de la population de Cergy et de l’agglomération de Cergy-Pontoise (résidents ou non-résidents).

14:18 – Fermeture d’une école d’ingénieurs à Strasbourg

La préfecture du Bas-Rhin et l’Agence régionale de santé Grand Est font savoir conjointement ce lundi que l’école d’ingénieurs Télécom Physique Strasbourg située au sud de la capitale alsacienne a fermé ses portes. Cela fait suite aux tests positifs d’une cinquantaine d’étudiants, dont aucun ne présente de symptôme du Covid-19. Cette fermeture doit durer jusqu’au 24 septembre.

14:03 – En France, 10 millions de tests en six mois

Environ un million de tests au Covid-19 sont réalisés chaque semaine en France actuellement, comme le rapporte l’Est Républicain. Et le gouvernement veut encore accélérer la cadence, comme le précise le média. En effet, vendredi 11 septembre, le Premier ministre Jean Castex a annoncé que le temps d’attente pour les tests allait être réduit, avec pour objectif que les personnes symptomatiques soient testées plus vite.

13:48 – Une crèche fermée à Bordeaux

Comme l’indique Sud Ouest ce lundi, une crèche a fermé ses portes à Bordeaux, dans le quartier de la Bastide. Cela fait suite au test positif au Covid-19 d’une employée de la structure. L’ensemble des employés doivent désormais s’adonner à un dépistage avant la réouverture.

13:36 – Une classe de CM2 fermée à Ville-la-Grand

La commune de Ville-la-Grand, en Haute-Savoie, fait face à la fermeture de la classe de CM2 de l’école du Centre après la détection d’un cas de Covid parmi les élèves. “Dès le vendredi, la classe de CM2 a fermé et ce, pour une durée de quatorze jours, comme l’a décidé l’ARS avec l’Éducation nationale”, a expliqué au Dauphiné, ce lundi, le maire Nadine Jacquier, qui précise que la salle de classe a été désinfectée et que l’ensemble des élèves et l’enseignant ont été placés à l’isolement. Ils doivent se faire tester.

13:18 – Rubirola ne veut pas de “répression”

Alors que de nouvelles mesures sont attendues notamment à Marseille, qui reste la ville la plus exposée à la résurgence du Covid-19, la maire de la ville a estimé qu’il n’était pas bon d’être dans la “répression” pour y faire face. Michèle Rubirola, dans un entretien accordé au Monde, explique qu’elle préfère “accompagner les mesures d’explications”. “La répression ne marche qu’un moment”, a-t-elle ajouté, se disant contre la volonté du président de la région PACA, Renaud Muselier, d’interdire l’accès au plage à partir d’une certaine heure.

13:01 – Une classe fermée dans la Meuse

Une classe de grande section de l’école Le Petit Prince, située dans le petit village d’Etain, dans la Meuse, n’accueille plus d’élèves depuis vendredi dernier, comme l’indique ce lundi l’Est Républicain. Un cas de Covid-19 a été détecté parmi les élèves de cette classe.

12:46 – Les mesures annoncées à 15h à Bordeaux, 17h à Marseille

Dans la continuité du discours de Jean Castex, qui a fait savoir vendredi dernier que des mesures complémentaires allaient être prises à Bordeaux et à Marseille, ainsi qu’en Guadeloupe, les décisions des préfets seront connues à 15h pour la capitale girondine et à 17h pour la cité phocéenne. En Guadeloupe, les mesures ont été prises dès samedi avec notamment la fermeture des bars et restaurants dès 22 heures en semaine et à minuit le week-end.

12:35 – Yannick Jadot critique le Conseil scientifique

Sur France Inter ce lundi, Yannick Jadot a estimé que le Conseil scientifique foutait “la trouille” aux Français, notamment après avoir annoncé la semaine dernière que le gouvernement allait devoir prendre des “décisions difficiles”. “Le Conseil scientifique s’exprime à travers la voix de son président qui, matin, midi et soir, cherche surtout à foutre la trouille aux Français”, a dénoncé l’eurodéputé écologiste, évoquant un discours “dans lequel personne ne se retrouve”.

11:57 – L’inquiétude grandit chez les médecins

Comme le rapporte Le Monde, l’inquiétude grandit chez les médecins, qui observent l’augmentation du nombre de cas comme une menace pour le maintien à flots des services hospitaliers. En effet, si ces derniers sont actuellement loin d’atteindre les saturations connues lors du pic de l’épidémie de Covid-19 au printemps dernier, cette vague de contaminations devrait avoir des conséquences en décalé et avoir des répercussions dans les hôpitaux dans les prochaines semaines. “Pour l’instant, le risque est contrôlé à l’hôpital, mais nous sommes constamment à flux tendu dans les services de réanimation en raison du nombre réduit de lits disponibles et des ressources humaines paramédicales et médicales limitées”, explique Bruno Megarbane, chef du service de réanimation médicale et toxicologique de l’hôpital Lariboisière à Paris, qui évoque la possibilité d’un impact, comme au printemps, sur les autres services si la situation venait à se dégrader un peu plus. “La période hivernale va entraîner un afflux prévisible d’autres pathologies infectieuses comme la grippe et des décompensations de maladies chroniques cardiaques ou respiratoires”, ajoute-t-il.

11:25 – Les tests salivaires, en voie de perfectionnement

Les tests salivaires sont attendus depuis des semaines par le ministre de la Santé Olivier Véran. Ces tests rapides, réalisables en moins d’une heure, offriraient des premiers résultats prometteurs, un essai clinique est notamment en cours du côté de Montpellier. Pour les tests antigéniques, les premiers ont démarré mercredi dernier à l’AP-HP et selon son directeur Martin Hirsch, invité ce lundi matin sur BFM TV, ils seront plus généralement disponible “dans la semaine”.

LIRE PLUS

Santé publique France a communiqué ce dimanche soir un bilan partiel du coronavirus, livrant des données sur les tests, le taux de positivité, les clusters en cours d’investigation, les départements en vulnérabilité et les décès. Les données hospitalières (patients en cours d’hospitalisation, patients en réanimation, sorties de l’hôpital) n’ont pas été actualisées depuis vendredi. Voici les derniers chiffres disponibles : 

Comme chaque vendredi, Santé publique France livre son point épidémiologique hebdomadaire détaillé sur le Covid en France. Le dernier en date, dévoilé jeudi 10 septembre au soir porte sur la semaine 36 (du 31 au 6 septembre 2020). Il souligne une “insuffisance de l’application des mesures de prévention notamment chez les jeunes adultes” ainsi qu’une augmentation des nouvelles hospitalisations dans toutes les régions, sauf dans le Grand Est. Le taux d’incidence poursuit son ascension très inquiétante avec sept département présentant des taux supérieurs à 100/100 000 hab, le plus élevé étant dans les Bouches-Du-Rhône (196/100 000 hab). Voici les points à retenir :

42 départements sont désormais classés en “zone de circulation active du virus”, comme l’a annoncé Jean Castex le 11 septembre 2020. Les départements nouvellement coloriés en rouge ont été dévoilés dans la soirée par Le Parisien. Il s’agit du Pas-de-Calais, du Maine-et-Loire, de la Loire-Atlantique, de l’Ille-et-Vilaine, des Pyrénées-Atlantiques, du Tarn-et-Garonne, des Pyrénées-Orientales, de l’Aude, de l’Ain, du Puy-de-Dôme, de la Loire, et de l’Isère. La Guyane et Mayotte, en état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 octobre, passent aussi en rouge. Les 28 autres départements qui étaient déjà en zone de circulation active sont : Corse-du-Sud, Haute-Corse, Côte-d’Or, Nord, Bas-Rhin, Seine-Maritime, La Réunion, Paris, Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine, Essonne, Yvelines, Seine-et-Marne, Val-de-Marne, Val-d’Oise, Bouches-du-Rhône, Rhône, Gironde, Haute-Garonne, Hérault, Gard, Var, Alpes-Maritimes, Sarthe, Guadeloupe, Martinique, Guyane.

Dans les départements classés rouges, aucune restriction spécifique n’est généralisée, mais les préfets peuvent au cas par cas prendre des mesures supplémentaires. C’est le cas dans les Bouches-du-Rhône, où les bars et restaurant doivent désormais fermer à  0h30 à Marseille. Dans ces départements, les préfets ne peuvent plus accorder de dérogation pour des rassemblements avec plus de 5 000 personnes. Dans ses bilans quotidiens, Santé publique France classe par ailleurs un certain nombre de départements en “vulnérabilité modérée ou élevée”.

Santé Publique France est attentif à un indicateur qui permet de suivre l’évolution du Covid-19 en France : le taux d’incidence. Plus solide que le taux de positivité des tests qui donne un aperçu à un instant T, ce taux représente le nombre de nouveaux cas de coronavirus diagnostiqués par test PCR “survenus sur les 7 derniers jours dont les données sont consolidées”, rapporté au nombre d’habitants. Le seuil d’alerte a été fixé à 50 pour 100 000 habitants. La carte ci-dessous rend compte de la situation dans tous les départements français.

Le ministère de la Santé rend compte du “nombre de reproduction” du Covid-19 ou “R effectif”, qui est une estimation du nombre moyen de personnes contaminées par un porteur du virus. Santé Publique France précise que “celui-ci est obtenu à partir du nombre quotidien de tests PCR (tests effectués dans le nez) positifs. Son calcul prend en compte plusieurs paramètres, dont le délai moyen d’apparition d’un nouveau cas contaminé par une personne porteuse du virus (appelé intervalle de génération)”. Un R inférieur à 1 reflète une diminution du nombre de nouveaux cas (un porteur du virus contamine moins d’une personne, il y a donc moins de cas à la génération suivante) alors qu’un R supérieur à 1 traduit une tendance à l’augmentation du nombre de cas (un porteur du virus contamine plus d’une personne, il y a donc plus de cas à la génération suivante).

Articles liés

Réponses