Economie – Hermès ouvre un deuxième atelier dans le Puy-de-Dôme avec 250 emplois à la clé – La Montagne

Le groupe de luxe Hermès vient d’annoncer, ce mercredi matin, la création d’une nouvelle manufacture dans le Puy-de-Dôme.

« 250 artisans exerceront leur savoir-faire d’excellence dans les ateliers de la future maroquinerie située sur la communauté d’agglomération de Riom Limagne et Volcans (Puy-de-Dôme) », a annoncé par communiqué le groupe Hermès.

Un pôle Hermès dans le Puy-de-Dôme avec 500 artisans

Hermès réaffirme ainsi son ancrage territorial : avec la Maroquinerie de Sayat et cette nouvelle manufacture, le pôle auvergnat d’Hermès deviendra le septième pôle maroquinier du groupe et comptera à terme plus de 500 artisans.

Ces marques du luxe mondialement connues installées en Auvergne (2018)

« Fortement attachée à construire des relations durables avec ses partenaires locaux », Hermès a préparé depuis une année cette implantation avec le concours de l’agence régionale Auvergne-Rhône-Alpes Entreprises, et renforce sa collaboration avec Pôle emploi pour le recrutement de ses artisans.

« C’est l’aboutissement d’un an de travail, se réjouit Laurent Wauquiez le président de la région Auvergne Rhône-Alpes. Cela débouche sur la plus grosse création d’emplois dans notre région depuis longtemps. Et c’est une grande fierté, pour moi, que ça se passe ici en Auvergne. Dans la période actuelle, accrocher un dossier qui va permettre la création de 250, c’est rarissime. Et on va produire, chez nous, les plus beaux sacs du monde. »

Avec les 250 emplois créés par Hermès, l’Auvergne est « une terre d’excellence pour le luxe » selon Laurent Wauquiez

Président de la communauté d’agglomération de Riom Limagne et Volcans, Frédéric Bonnichon est tout aussi enthousiaste : « Je suis très heureux pour le territoire. Cela confirme le bien-fondé de notre stratégie de miser sur l’innovation et le développement économique, annonce Frédéric Bonnichon. On a connu des mauvaises nouvelles avec la Seita, avec les soucis de MSD. Là on a deux bonnes nouvelles en deux jours avec les 50 emplois annoncés par le groupe pharmaceutique Carbogen-Amcis et avec les 250 emplois annoncés par le groupe Hermès. »

L’expertise des équipes de la maroquinerie de Sayat

« Dans un esprit de compagnonnage qui met au cœur la transmission des savoir-faire et la culture artisanale, le site s’appuiera sur l’expertise des équipes de la maroquinerie de Sayat, implantée sur le territoire auvergnat depuis bientôt vingt ans », explique le groupe Hermès.

Une première promotion d’artisans en formation sera accueillie dès le mois de novembre dans un atelier provisoire situé à Riom. Cet atelier pourrait prendre place dans les locaux de l’ancienne usine Dom Composit, au parc européen d’entreprises. Ensuite, c’est sur un nouveau site, toujours sur le territoire de Riom Limagne et Volcans, qu’Hermès s’installera. Trois options seraient actuellement à l’étude.

« Le futur bâtiment sera opérationnel à l’horizon 2023 », annoncent la région Auvergne Rhône-Alpes et la communauté d’agglomération Riom Limagne et Volcans.

Depuis 2010, Hermès a ouvert neuf maroquineries et a recruté plus de 2.500 artisans portant à plus de 3.800 le nombre de selliers-maroquiniers au sein du groupe.

En 2021 seront inaugurées les maroquineries de Guyenne (Gironde) et de Montereau (Seine-et-Marne). Deux autres manufactures verront le jour, l’une à Louviers (Eure) en 2022 et l’autre dans les Ardennes en 2023.

22e site de production en France

Cette seconde maroquinerie en Auvergne, après celle de Sayat,  sera le vingt-deuxième site de production d’Hermès Maroquinerie Sellerie. Ils sont tous situés en France. Le groupe Hermès possède également la Tannerie du Puy-en-Velay, en Haute-Loire.

Depuis 1837, Hermès « reste fidèle à son modèle artisanal et à ses valeurs humanistes. La liberté de création, la recherche permanente des plus belles matières, la transmission des savoir-faire d’excellence et l’esthétique de la fonction forgent la singularité d’Hermès, maison d’objets créés pour durer ».

Maison familiale indépendante, dirigé depuis 2013 par Axel Dumas, membre de la sixième génération, Hermès s’attache à conserver l’essentiel de sa production en France au sein de ses 43 manufactures tout en développant son réseau de 311 magasins dans 45 pays.

Le groupe Hermès emploie plus de 15.600 personnes dans le monde, dont plus de 9.700 en France, parmi lesquelles près de 5.250 artisans. 

Et si Hermès s’installait dans l’ancienne Manufacture des tabacs de Riom ?

Le groupe Hermès a annoncé l’installation de sa future maroquinerie sur le territoire de la communauté d’agglomération de Riom Limagne et Volcans (RLV). Sans préciser exactement où cette manufacture prendra place.
Pourtant, un site, au coeur de l’actualité mardi soir lors du conseil communautaire de mardi soir, pourrait être en lice : l’ancienne Manufacture des tabacs de Riom.

C’est un phare, à Riom : édifiée en 1878, l’ancienne Manufacture des tabacs est désaffectée depuis 1975 et le transfert de son activité dans une nouvelle usine, la Seita. Si une partie de cette friche industrielle a été réhabilitée en appartements, trois bâtiments sont encore à l’abandon. Une piste pour le groupe Hermès ?

L’ancienne Manufacture des tabacs de Riom

A l’arrêt depuis plusieurs années, le dossier de la « Manu » s’est accéléré, ces dernières semaines. A tel point que les élus de Riom Limagne et Volcans ont donc été convoqués ce mardi 15 septembre à un conseil communautaire ajouté il y a seulement une semaine à leur agenda. Officiellement, il s’agissait d’alléger l’ordre du jour du conseil prévu le 29 septembre.

Mais surtout, parmi les dix-huit rapports abordés ce soir-là, les élus communautaires ont acté à l’unanimité l’acquisition du bâtiment « x » de l’ancienne Manufacture des tabacs, pour 1,3 million d’euros.

Avec le rachat de cet immeuble de 6.100 m² sur quatre étages, l’agglo est désormais propriétaire des trois bâtiments laissés en friche. 

Interrogé par plusieurs élus sur les projets à l’étude pour cette friche industrielle, le président de l’agglo Frédéric Bonnichon n’a fermé aucune porte : « Plusieurs porteurs de projet s’intéressent à cet ensemble immobilier mais si on veut que ces projets aboutissent, il nous faut cette maîtrise foncière. »

Si le président de RLV n’en a pas dit plus sur le contenu de ces projets, l’une de ces pistes pourrait donc mener au groupe Hermès.

Pour la ville de Riom et l’agglomération, l’installation du groupe Hermès serait une nouvelle bouffée d’oxygène, après la fermeture de la Seita en 2017 (239 emplois supprimés) et le plan de réorganisation engagé cette année à MSD-Chibret (200 emplois menacés). Après la reprise du site de la Seita par Bacacier en 2019, le territoire connaît d’ailleurs une semaine faste.

Mardi, le groupe Carbogen-Amcis a annoncé son intention de créer cinquante emplois en investissant 47 millions d’euros dans la construction d’une usine pharmaceutique à Saint-Beauzire.

Gilles Lalloz et Arthur Cesbron

 

Articles liés

Réponses