EN DIRECT – Coronavirus : le niveau de transmission en Europe est «alarmant», dit lOMS – Le Figaro

Le ministère du Travail a annoncé jeudi à l’AFP que le cap des 50.000
contrôles sur les demandes de chômage partiel avait été franchi, avec
un total de 225 millions d’euros de fraude dont plus de la moitié
récupérés.

Les contrôles ont débouché sur 9500 «suspicions» de fraude et 440 procédures pénales en cours, a-t-on appris de même source. Au
total, la fraude est évaluée à 225 millions d’euros, dont plus de la
moitié a déjà été bloquée ou récupérée, sur un dispositif global de 30
milliards d’euros. Cela représente donc moins de 1% du budget
total consacré à l’activité partielle, qui a été largement utilisée dans
la crise du coronavirus, avec près de 9 millions de salariés concernés
au plus fort de la crise en avril, un chiffre retombé à 2,4 en juillet.

» LIRE NOTRE ARTICLE – Dussopt traque la fraude au chômage partiel

Fin
juillet, la ministre du Travail Élisabeth Borne avait indiqué que
25.000 contrôles avaient débouché sur 1400 «suspicions» de fraude. Elle
avait anticipé ces 50.000 contrôles avant «la fin de l’été». Le
ministère du Travail a souligné auprès de l’AFP que «le montant des
fraudes peut paraître important mais au regard des 30 milliards
mobilisés, c’est finalement assez peu»
. «Il y a toujours des escrocs et des gens qui profitent du système», a-t-on ajouté de même source.

» À VOIR AUSSI – Chômage partiel: Djebbari affirme qu’il y aura des «contrôles» pour s’assurer que les mesures se sont pas «dévoyées» 

Articles liés

Réponses