FIFA : Nasser al-Khelaïfi de retour à 13h30 – Foot – FIFA – LÉquipe.fr

L’audition de Jérôme Valcke s’est poursuivie mercredi matin, avec la reprise des débats, à 8h30, au Tribunal pénal fédéral (TPF) de Bellinzone, en l’absence de Nasser al-Khelaïfi et de ses avocats suisses.

En effet, la poursuite de l’interrogatoire de l’ancien secrétaire général de la FIFA concerne le second volet de l’affaire, dans lequel le Français est notamment accusé de « corruption passive répétée » ; un volet qui ne concerne pas le patron de beIN Media Group et du PSG.

Mardi soir, les conseils du dirigeant qatarien ont donc demandé une dispense de comparution pour leur client. Elle a été acceptée par la cour des affaires pénales du TPF. Son président a annoncé qu’Al-Khelaïfi sera attendu à partir de 13h30.

Un paiement d’1,25 M€ en question pour Valcke

La deuxième partie de l’audition de Valcke porte sur un paiement d’1,25 M€ – en trois tranches, en 2013 et 2014- à Jérôme Valcke par un homme d’affaires grec, Konstantinos Nteris, dit Dinos Deris, patron de la société TAF Sports Marketing. Nteris ne s’est pas déplacé en Suisse (pour raisons médicales) mais sera jugé en son absence. Le prévenu grec est notamment accusé de « corruption active répétée ».

Le parquet fédéral considère que Valcke a perçu ces « avantages indus » en abusant de sa position de secrétaire général de la FIFA, à l’époque, pour influencer en faveur de partenaires commerciaux les processus d’attribution de droits médias de différentes Coupes du monde, dans la période 2018-2030, pour l’Italie et la Grèce.

Selon l’accusation, les versements liés à Nteris ont été effectués en 2014 au profit de Sportunited, une société dont Valcke était l’unique ayant droit économique. Ils ont eu lieu dans une période financièrement critique pour Valcke, qui avait « besoin de liquidités », car il s’était lourdement endetté pour l’achat de deux biens immobiliers, à hauteur de « plus de dix millions de francs suisses » (environ 8 M€, à l’époque), a-t-il expliqué. En évoquant aussi son « train de vie » à cette période.

Valcke est resté sur ses positions

Durant l’audience, le juge a reproduit des extraits de sa première audition par le ministère public de la Confédération helvétique (MPC, parquet), le 12 octobre 2017. « Quand vous avez besoin d’argent […], expliquait Valcke, il faut que ce soit quelqu’un qui vous aime bien et qui vous fasse confiance […]. Il fallait que je trouve quelqu’un qui me prête de l’argent donc j’ai demandé à Dinos (Deris). »

Les questions du président de la cour ont d’abord concerné la première tranche de 500 000 euros, sur les 1,25 M€ en question. Malgré un rappel à l’ordre du président de la Cour, devenu plus offensif, sur son « intérêt à collaborer à la procédure », Valcke est resté sur ses positions. Pour lui, il s’agit bien d’un « prêt » et il continue de contester « tout pacte corruptif ».

Articles liés

Réponses