Incendies aux Etats-Unis : les images de la puissance des flammes et de la dévastation qui a suivi – Le Figaro

Plus de 20.000 pompiers luttaient encore samedi 12 septembre contre les flammes qui ravagent l’ouest des Etats-Unis, où les secours comptaient sur une météo plus fraîche et humide pour leur offrir un peu de répit ce week-end. Toutefois, les autorités se préparent samedi à déplorer «un nombre considérable de morts».

Une maison est engloutie par les flammes lors de l’incendie du comté de Fresno, en Californie. JOSH EDELSON / AFP
Au total, seize victimes ont été recensées cette semaine mais il était impossible d’évaluer l’étendue réelle des destructions. JOSH EDELSON / AFP
Les autorités se préparent à déplorer «un nombre considérable de morts». DAVID MCNEW / AFP

Alimentés depuis des jours par une sécheresse chronique et des vents violents, les feux disséminés de la frontière du Canada à celle du Mexique signaient de tristes records. Au total, seize victimes ont été recensées cette semaine mais il était impossible d’évaluer l’étendue réelle des destructions, de vastes régions étant encore inaccessibles. «Nous nous attendons à ce que le nombre (de morts) puisse s’alourdir au fur et à mesure que nous revenons dans des zones ravagées par les flammes», a ainsi prévenu le gouverneur de Californie, Gavin Newsom, après s’être rendu dans les vestiges fumants d’une forêt calcinée du nord de l’Etat.

À voir aussi – Le gouverneur de Californie déplore «l’absence de leadership national» face aux violents incendies

Le ciel de Concord en Californie. BRITTANY HOSEA-SMALL / AFP

C’est là, dans le comté de Butte, encore traumatisé par le souvenir des incendies de novembre 2018 qui avaient fait 86 morts et réduit en cendres la ville de Paradise, qu’au moins dix personnes ont péri dans les flammes cette semaine, selon le dernier bilan des secours.

Une balançoire et une voiture brûlées. KATHRYN ELSESSER / AFP
Les restes carbonisés d’une maison. KATHRYN ELSESSER / AFP
La saison des incendies, qui se prolonge fréquemment jusqu’en novembre, est pourtant encore loin d’être terminée. KATHRYN ELSESSER / AFP
Les feux ont été favorisés par des températures élevées et une atmosphère très sèche. FRED GREAVES / REUTERS

Dans le nord-ouest de la Californie, l’incendie baptisé «August Complex Fire», assemblage de 37 feux qui ont touché la forêt de Mendocino à partir du 17 août, est officiellement devenu le plus étendu de l’histoire dans cet Etat, avec plus de 300.000 hectares brûlés. Plus de 400.000 hectares ont été parcourus par les flammes dans l’Oregon. Ces feux ont été favorisés par des températures élevées et une atmosphère très sèche mais le gouverneur Newsom s’est félicité que la météo «commence à coopérer», avec une chute du vent et quelques précipitations attendues dans les jours à venir.

Deux autres personnes ont trouvé la mort dans un autre incendie qui ravage depuis plusieurs jours une zone isolée proche de l’Oregon, plus au Nord, a déclaré à l’AFP une porte-parole des pompiers de Californie.

À Ashland dans l’Oregon David Ryder / AFP
Tout un quartier de Ashland a été réduit en cendres. David Ryder / AFP
Dans l’Oregon, des centaines de milliers d’habitants sont menacés par les flammes. ADREES LATIF / REUTERS

Dans l’Oregon aussi, les autorités attendaient avec espoir une météo plus propice. «Nous tablons sur un air plus frais et de l’humidité dans les jours à venir, ce qui est vraiment une bonne nouvelle», s’est réjouie la gouverneure Kate Brown, apportant des précisions sur les évacuations en cours dans son Etat. Si les zones menacées par les dizaines d’incendies en cours concernent bien 500.000 habitants au total, un peu plus de 40.000 personnes avaient effectivement été évacuées vendredi à la mi-journée, a précisé Kate Brown. D’autres sources ont indiqué que des centaines de milliers de personnes avaient bien évacué.

Des milliers de personnes ont été évacuées. JOSH EDELSON / AFP

«J’aimerais que les incendies de 2020 ne soient qu’une anomalie, des épisodes uniques. Malheureusement, ils ne sont que précurseurs de l’avenir», a déploré Kate Brown.

Les taux de pollution de l’air des villes de Portland, San Francisco et Seattle figuraient parmi les plus élevés du monde vendredi, selon le classement établi par la société IQAir. Ici, Los Angeles. MARIO ANZUONI / REUTERS

Articles liés

Réponses