Panier

Jean Le Cam termine le Vendée Globe 2020-2021 à la 4e place – LÉquipe.fr

Navigateur sans foils, marin madré, héros des mers : Jean Le Cam fut tout cela lors de ce Vendée Globe. Il est maintenant également l’un des classés de cette édition 2020-2021 après bien des péripéties. Le skippeur de Yes We Cam en a terminé jeudi soir au large des Sables-d’Olonne. Dans une mer très agitée, traversée de creux de 2,5 m et battu par des vents de plus de 20 noeuds, Jean Le Cam a franchi la ligne après 80 j. 5 h 59 mn et 55s en temps effectif.

Avant lui, sept autres marins avaient déjà rallié la Vendée – dont Charlie Dalin, premier arrivé et Yannick Bestaven, vainqueur final. Mais c’est à la 4e place que Jean Le Cam sera finalement classé, au bénéfice de la compensation chronométrique de 16 h 15 octroyée par le jury international après le sauvetage de Kevin Escoffier dans l’Atlantique sud début décembre. « La place du con, elle est connue depuis longtemps », avait-il lancé lors d’une vacation quelques jours plus tôt. Mais après avoir franchi la ligne, c’est moins sa place au classement que l’abnégation totale nécessaire pour boucler ce tour du monde qui dominait dans ses propos.

« Au bout du bout du bout du bout… »

Jean Le Cam, après avoir passé la ligne très fatigué

« Je ne sais pas comment je suis arrivé jusque-là, concédait-il juste après l’arrivée lors de sa première avec la chaîne officielle du Vendée Globe. C’est une délivrance, c’est sûr. Ce Vendée Globe a été un truc de malade, j’en ai fait d’autres mais avec tout ce qu’il s’est passé là… » Avant de dire, visiblement très fatigué, qu’il était allé « au bout du bout du bout du bout… »

Parti en novembre pour son cinquième Vendée Globe, le marin de 61 ans ne disposait pas d’un bateau de dernière génération doté de foilers, mais avait pour lui son immense expérience de marin au grand large. Et elle fut largement exploitée pendant cette édition. D’abord pour rester au contact de la tête de course dans la descente de l’Atlantique : le Breton se fit ainsi une place dans les quatre à cinq premiers – eux dotés d’appendices -, en jouant avec sa science de la navigation et les cartes météo.

Le sauvetage de Kevin Escoffier fait de lui le vainqueur des coeurs

Puis lorsque la casse fit des dégâts parmi les favoris – retour aux Sables de Jérémie Beyou, abandon d’Alex Thomson notamment (« Au final, ces bateaux à foils, c’est beaucoup d’énergie, beaucoup de casse-tête, beaucoup d’argent, beaucoup de problèmes pour pas grand-chose », énumérait Le Cam à son arrivée) -, le skippeur de Yes We Cam sut ménager son bateau pour rester dans le trio de tête.

Puis survint l’épisode le plus homérique et le plus effrayant de cette édition 2020-2021. En fin d’après-midi ce 30 novembre 2020, dans l’Atlantique sud et aux portes de l’océan Indien, Kevin Escoffier (PRB) déclenche sa balise de détresse doublée d’un message laconique « Je coule. Ce n’est pas une blague ». Aussitôt, la direction de course demande notamment à Jean Le Cam de se dérouter pour rechercher le navigateur en détresse, désormais seul en pleine mer dans un radeau de survie. Le Cam localisera une première fois Escoffier avant de le perdre de vue, puis de le retrouver en pleine nuit et de parvenir à le récupérer à bord.

Après avoir déposé Kevin Escoffier auprès de la frégate française Nivôse quelques jours plus tard, le marin a repris sa route. Tout au long de l’Indien et du Pacifique, Le Cam est resté au contact de la flotte de tête avant de céder du terrain dans la remontée de l’Atlantique où l’absence de foils lui était davantage préjudiciable. Mais c’est avec moins de vingt-quatre heures sur la tête de course qu’il a finalement bouclé son tour du monde.

« Le plus important, c’est que j’ai donné aux jeunes générations la possibilité de se dire qu’ils peuvent faire le Vendée avec des moyens limités. Et je pense que c’est l’essentiel alors qu’on était parti dans une escalade budgétaire, partageait-il juste après la fin de course. Ça, c’est une de mes vraies victoires. »

En franchissant la ligne, Jean Le Cam devient le premier navigateur à avoir terminé quatre Vendée Globe – seul Arnaud Boissières (La Mie Câline-Artisans Artipôle), actuellement dans l’Atlantique nord, pourra l’égaler lors de cette édition.

Auteur : Asselli Icône 2 vérifiée
Dites-nous quelque chose sur vous-même.

Participez !

Commentaires

Aucun commentaire pour l’instant
Like&Co

GRATUIT
VOIR