La RATP concrétise ses ambitions de concurrencer la SNCF sur les trains régionaux – BFMTV

La RATP et Getlink, l’exploitant du tunnel sous la Manche, créent Regionéo. Leur société commune répondra aux appels d’offres que s’apprêtent à lancer certaines régions dans le cadre de l’ouverture des trains express régionaux (TER) à la concurrence.

La RATP crée Regionéo, un nouvel opérateur ferroviaire français, en association avec l’exploitant du tunnel sous la Manche. Sa vocation: répondre aux appels d’offres dans le transport ferroviaire régional de voyageurs (TER) désormais ouvert à la concurrence en France, la SNCF détenant le monopole sur ces lignes jusqu’à présent. 

Les deux entreprises avaient rendu publique en novembre 2019 leur alliance au sein d’une société à capitaux partagés (55% RATP Dev, 45 % Getlink, ex-Eurotunnel). Regionéo est dirigé par Ronan Bois, président, et Raphaël Doutrebente, directeur général, un tandem issu respectivement de RATP Dev et de Getlink.

Régionéo fera aussi face à de nouveaux concurrents

L’association de deux partenaires est a priori complémentaire. La RATP est spécialisée dans l’exploitation et la maintenance du transport de voyageurs tandis que Getlink couvre l’exploitation d’infrastructures, la gestion de services ferroviaires dans le tunnel sous la Manche et des trains de marchandises.

Regionéo ne sera pas seul à lorgner les futurs appels d’offres passés par les régions pour choisir un nouvel exploitant ferroviaire sur certaines lignes de TER. Ses concurrents potentiels sont le Français Transdev, l’opérateur italien Trenitalia (et sa filiale française Thello), la société allemande Deutsche Bahn (et sa filiale Arriva) ou néerlandaise Abellio.

De son côté, la société commune entre la RATP et Getlink a surtout vocation à répondre aux premiers appels d’offres que lanceront prochainement les régions Grand Est, PACA (Provence-Alpes-Côte d’Azur) et Hauts-de-France, régions qui souhaitent accélérer rapidement le processus d’ouverture à la concurrence sur certaines de leurs lignes de TER.

Mais, ce processus exige de lancer une procédure longue et complexe (appels d’offres, rédaction du cahier des charges, choix des exploitants, etc). Résultat: les premiers “trains de la concurrence” ne sont pas attendus sur les rails avant 2022 dans le Grand Est, les Hauts-de-France et aussi en PACA.

La mise en concurrence sera obligatoire fin 2023

La région Pays de la Loire entend aussi tester cette concurrence dans la région de Nantes avec deux lignes de tram-train -y compris la maintenance de l’infrastructure sur Nantes-Châteaubriant- et un bouquet de lignes appelé “Sud Loire”, deux lots relativement isolés.

La mise en concurrence deviendra ensuite obligatoire fin 2023 pour toutes les régions, à l’expiration des conventions les liant à la SNCF, qui a l’intention affichée de se présenter à tous les appels d’offre pour espérer conserver le maximum de parts de marché”.

Frédéric BergéFrédéric Bergé

Articles liés

Réponses