La survie de lalliance Air France-KLM nest pas «automatique», avertit La Haye – Le Figaro

La crise engendrée par le coronavirus et les confinements risque de mettre en péril la survie de l’alliance franco-néerlandaise, a estimé le ministre néerlandais des Finances Wopke Hoekstra.

Par Le Figaro avec AFP

Le secteur aérien dans son ensemble est en difficulté depuis plusieurs mois.
Le secteur aérien dans son ensemble est en difficulté depuis plusieurs mois. ERIC PIERMONT / AFP

La survie de l’alliance aérienne Air France-KLM, mise à mal par la pandémie de Covid-19, n’est pas acquise si la crise économique actuelle se poursuit, a déclaré dimanche le ministre néerlandais des Finances Wopke Hoekstra. «Ce n’est pas automatique», a expliqué M. Hoekstra dans une interview à la télévision publique néerlandaise NPO, rappelant l’importance de réduire les coûts.

Le secteur aérien dans son ensemble est en difficulté depuis plusieurs mois. La compagnie tricolore n’est pas épargnée et a pris des mesures difficiles pour s’adapter au contexte tendu : fin juillet, la direction d’Air France avait annoncé sa volonté de supprimer 7580 postes au total dans la compagnie et sa filiale Hop! d’ici fin 2022. Ces départs devraient permettre à l’entreprise de «faire face à la crise du Covid-19 qui frappe durement le groupe». Fin août, 365 pilotes ont annoncé leur départ d’Air France, «des chiffres élevés compte tenu des délais très courts laissés aux pilotes pour se déterminer», précisait Guillaume Schmid, vice-président du SNPL Air France. L’écrasante majorité des partants sont en fin de carrière.

La France et les Pays-Bas possèdent chacun 14% du groupe franco-néerlandais que la compagnie aérienne Air France forme avec KLM. Paris a accordé au printemps sept milliards d’euros d’aide à Air France sous forme de prêts, les Pays-Bas ayant fait de même pour KLM à hauteur de 3,4 milliards d’euros. L’aide accordée à KLM par les Pays-Bas doit notamment s’accompagner d’un «plan de restructuration global» ainsi que d’engagements concernant le «rétablissement des performances et de la compétitivité» de la compagnie.

Le ministre Wopke Hoekstra a précisé dimanche qu’il avait insisté dans les discussions avec l’entreprise sur l’importance de «changer de cap». Selon l’agence de presse néerlandaise ANP, KLM doit élaborer un plan de restructuration le 1er octobre. Le groupe Air France-KLM a accusé une perte de 2,6 milliards d’euros au deuxième trimestre, touché par l’effondrement du trafic aérien provoquée par l’épidémie due au coronavirus, après une perte de 1,8 milliard sur les trois premiers mois de l’année.

À voir aussi – Air France: rassemblement à Nantes des salariés de la filiale “Hop!” contre le plan social (30/07/2020)

Articles liés

Réponses