L’épidémie de Covid-19 reste sous contrôle dans l’Aube – LEst Eclair


La reprise de l’épidémie a bien lieu dans l’Aube comme ailleurs, mais elle reste nettement moins vive que dans le reste du pays. Le taux d’incidence est ainsi à 18,1 pour 100 000 habitants alors qu’il a atteint les 74,4 pour 100 
 000 habitants dans le pays avec des pointes dans les grandes villes qui, à Marseille, vient de monter à 280 cas pour 100 000 habitants.

Dans ce tableau, l’Aube fait figure de bon élève. D’autant que la reprise de l’épidémie ne se traduit pas, pour l’instant du moins, par un rebond des hospitalisations : 16 personnes sont aujourd’hui hospitalisées pour le Covid-19 et personne n’est en réanimation.

 

Le taux d’incidence dans l’Aube comme le taux de positivité se sont stabilisés depuis la mi aôut.
Le taux d’incidence dans l’Aube comme le taux de positivité se sont stabilisés depuis la mi aôut.

 

Le Grand Est, globalement, s’en sort d’ailleurs plutôt mieux que le reste de la France. Le Bas-Rhin, notamment, où l’épidémie semblait repartir en flèche, s’est repris. Le taux d’incidence est revenu à 37 pour 100 000 alors qu’il semblait parti pour franchir très vite le seuil d’alerte fixé à 50 pour 100 000.

Jusqu’à 69 cas pour 100 000 chez les jeunes Aubois !

Dans le détail, selon les statistiques de Santé publique France, cette fois, ce sont bien les jeunes qui sont aujourd’hui lui plus touchés par le virus. Dans l’Aube, alors que toutes les tranches d’âges évoluent autour du seuil moyen de 20 pour 100 000, les 20-29 ans affichent un taux d’incidence de 69 pour 100 000 à la mi-août, puis 54 et 48 pour 100 000 les deux semaines suivantes.

Une tranche de la population qui a la chance d’être rarement touchées par les formes graves de la maladie.

Retrouvez du mardi au samedi, notre « tableau de bord » (ci-dessus) qui rassemble les principaux indicateurs publiés chaque soir par l’ARS Grand Est. Le taux d’incidence, notamment, est capital.

C’est lui qui détermine le seuil de vigilance (au delà de 10 pour 100 000) et le seuil d’alerte (au delà de 50 pour 100 000).

– Lire aussi  :Coronavirus : des chercheurs et des médecins dénoncent «la communication anxiogène» des autorités

Articles liés

Réponses