Nissan: lombre de Carlos Ghosn sur un procès hors norme – Le Figaro

RÉCIT – L’Américain Greg Kelly, ancien bras droit de Carlos Ghosn chez Nissan, se retrouve seul dans le box des accusés pour répondre de faits avant tout reprochés à l’ancien PDG.

Par et Régis Arnaud
Greg Kelly, le 6 février 2020 à Tokyo.
Greg Kelly, le 6 février 2020 à Tokyo. BEHROUZ MEHRI/AFP

Étrange anniversaire. Ce mardi, Greg Kelly, l’ancien bras droit de Carlos Ghosn chez Nissan, aura 64 ans. Ce même jour, à 10 h 30, il entrera dans la salle 104 du tribunal de Tokyo pour un procès au terme duquel il risque dix ans de prison. L’Américain est le principal accusé d’une affaire dont il n’était au départ qu’un second rôle. Mais Carlos Ghosn s’est enfui. Malgré ses démarches auprès d’Interpol, le Japon ne le jugera probablement jamais. De l’affaire Ghosn, il ne reste donc à la justice japonaise que ce procès.

Ce sera un procès-fleuve: 76 journées d’audience bihebdomadaires, publiques et avec traduction en anglais, sont programmées jusqu’en juillet prochain. Le verdict est attendu entre l’automne 2021 et le printemps 2022.

Dans ce saut d’obstacles qui se courra au ralenti, Greg Kelly est accusé, ainsi que son ancien employeur Nissan, d’avoir conspiré pour dissimuler pendant près d’une décennie 9 milliards de yens (71,6 millions d’euros) de rémunération à verser à Carlos Ghosn après

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 89% à
découvrir.

Abonnez-vous : 1€ le premier mois

Annulable à tout moment

Articles liés

Réponses