Nvidia annonce officiellement sa tentative dacquisition dARM pour 40 milliards de dollars – Les Numériques

4

La rumeur enflait depuis plusieurs semaines, c’est maintenant officiel : Nvidia veut racheter ARM, père de l’architecture des puces mobiles au sein de la quasi-totalité des smartphones et tablettes existantes, pour 40 milliards de dollars.

© iStock

Nvidia a annoncé le dimanche 13 septembre son intention d’acheter ARM auprès du conglomérat japonais Softbank pour la somme de 40 milliards de dollars. Selon Nvidia, ARM gardera sa liberté entière, opérant comme une filiale totalement indépendante dont le siège restera d’ailleurs au Royaume-Uni. Cela permettra de “garantir la poursuite du modèle de licence ouverte à des tierces parties, assurant la neutralité d’ARM”, selon Nvidia. La procédure d’acquisition devrait être complétée d’ici 18 mois indique l’entreprise, mais c’est sans compter d’éventuelles objections des régulateurs européens et américains.

Objectif : détrôner Intel dans les serveurs et data centers

Rappelons que si ARM ne commercialise pas ses propres puces, elle est à l’origine des plans derrière tous les processeurs au sein des produits d’Apple, de Samsung, ou bien encore de Qualcomm, pour ne citer que les plus connus. L’impact d’un tel rachat est donc colossal, puisqu’il signifie la détention du contrôle de l’architecture au sein de la grande majorité des appareils mobiles et embarqués vendus ces 20 dernières années.

ARM revendique plus de 160 milliards de puces intégrant son architecture.

ARM revendique plus de 160 milliards de puces intégrant son architecture.

ARM à donc une position monopolistique sur le marché de l’embarqué, mais s’étend aussi de plus en plus vers les serveurs et les data centers, ce dont Nvidia entend visiblement profiter. Grâce à ce rachat, Nvidia se renforce considérablement dans ce secteur après le rachat de Mellanox l’année dernière au nez et à la barbe d’Intel. Nvidia veut ainsi proposer une offre complète où il possède le processeur, les cartes réseau ainsi que les cartes graphiques — de plus en plus utilisées pour des tâches de machine learning.

Et si sur le segment du PC de bureau AMD est actuellement la plus grande concurrence d’Intel, ce n’est pas le cas en ce qui concerne les serveurs et data centers, où les puces ARM représentent la plus grande menace à la dominance des processeurs Xeon d’Intel. On pense notamment aux puces Graviton2 justement basées sur l’architecture ARM. Celles-ci offrent plus de 64 cœurs, des performances comparables aux dernières puces d’Intel, et surtout sont poussées par un autre géant du web, c’est-à-dire Amazon — qui possède l’entreprise Annapurna Labs ayant conçu ces processeurs.

Le processeur pour serveurs Graviton2 conçu par une société d'Amazon utilise l'architecture ARM.

Le processeur pour serveurs Graviton2 conçu par une société d’Amazon utilise l’architecture ARM.

Si Nvidia acquiert ARM, quel intérêt aurait-il alors à laisser prospérer une concurrence avec de tels acteurs dans ce domaine ? Malgré des déclarations se voulant rassurantes, on n’a pour le moment aucune garantie concrète de la part de Nvidia.

Nvidia veut racheter ARM, mais le pourra-t-il ?

En effet, si Softbank acceptait de revendre ARM, ce ne serait que le début d’une longue route semée d’embûches pour Nvidia. Les régulateurs européens et américains sont de plus en plus attentifs à la constitution de nouveaux monopoles dans le secteur technologique. On pensera ainsi au rachat de Fitbit par Google, toujours pas validé par la Commission européenne, ou bien aux enquêtes antitrust en cours aux États-Unis contre les géants de la Silicon Valley.

Rappelons également que cette vente organisée par Softbank intervient dans un contexte délicat. ARM licencie ses architectures à de nombreuses entreprises chinoises telles que Huawei et sa filiale HiSilicon (ainsi que SMIC, HMSC, YMTC pour ne citer que quelques-uns des plus gros fondeurs chinois). Or, les États-Unis appliquent un blocus sur les briques technologiques pouvant être vendues à ces sociétés chinoises. Gageons que vu l’importance d’ARM, la Chine ne manquera pas de réagir à la tentative d’acquisition annoncée par Nvidia.

Nous ne manquerons pas de suivre les rebondissements de ce qui devrait être l’un des feuilletons des mois à venir.

Articles liés

Réponses