On peut désormais voir à travers les murs – Futura

Voir à travers les murs. La science-fiction le fait depuis longtemps. Et aujourd’hui, des chercheurs suggèrent que la science pourrait aussi y arriver. En alliant un matériel ultra-sensible et un algorithme performant.

Cela vous intéressera aussi


[EN VIDÉO] Kézako : le laser, une incroyable histoire de physique quantique
  Le laser est né durant les années 1960, depuis il est petit à petit devenu incontournable dans beaucoup d’applications. Unisciel et l’université de Lille 1 nous expliquent durant cet épisode de Kézako le fonctionnement de cette invention révolutionnaire. 

Voir à travers les murs, ça ressemble à de la science-fiction. Mais, en améliorant un système semblable à celui que les voitures autonomes utilisent pour « voir » le monde, des chercheurs de l’université de Stanford (États-Unis) sont parvenus à reconstruire des scènes cachées en trois dimensions. Le tout grâce à un algorithme redoutablement efficace et à quelques photons. Ils ont pu voir à travers une paroi en mousse d’environ 2,5 centimètres d’épaisseur.

L’invention pourrait avoir des applications très pratiques. Dans le domaine des voitures autonomes, justement. Elle pourrait les aider à voir dans le brouillard. Les satellites pourraient, quant à eux, voir la surface de la Terre – ou d’une autre planète – à travers des nuages.

Voir les objets cachés par le brouillard

Comment ça marche ? Un laser est utilisé pour scanner le « mur diffusant », un mur de mousse, par exemple. Occasionnellement, un photon traverse le mur et heurte l’objet caché derrière. Puis, il repasse à travers le mur pour être détecté par un système ultra-sensible. Un algorithme se base ensuite sur les quelques photons reçus – et des informations sur l’endroit et le moment où ils ont frappé le détecteur – pour reconstruire une image de l’objet en 3D.

D’autres systèmes capables de voir à travers les murs existent déjà. Mais ils sont moins efficaces. Certains ont, par exemple, besoin de savoir, au préalable, à quelle distance se trouve l’objet derrière le mur. « Nous collectons tous les photons diffusés pour reconstruire notre image », explique David Lindell, auteur principal de l’étude, dans un communiqué de l’université de Stanford.

Au cours des essais en laboratoire, il aura fallu entre une minute et une heure de balayage laser pour obtenir un résultat satisfaisant. Cette durée dépendant de la luminosité de l’objet caché. L’algorithme de reconstruction est, quant à lui, capable de donner des résultats en temps réel. Et de fonctionner sur un simple ordinateur portable.

Les chercheurs souhaitent désormais tester les capacités de leur système dans des circonstances un peu différentes : lorsque l’objet est pris dans le « mur diffusant ». Comme lorsqu’un objet est caché dans un épais brouillant.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?

Articles liés

Réponses