Paris na pas les armes mais fait avec : “On joue avec beaucoup de joueurs sans entraînement” – Eurosport – FRANCE (FR)

Thomas Tuchel n’aurait jamais imaginé vivre un tel début de saison en L1 avec le PSG. Quelques semaines après avoir échoué en finale de la Ligue des champions, l’entraîneur allemand voit son équipe lutter comme rarement. Et après deux défaites contre Lens (1-0) puis l’OM (0-1), il a enfin eu le plaisir d’observer sa formation sortir du marasme face à Metz (1-0), grâce à un but en tout fin de match de Julian Draxler. Mais que ce fut dur et douloureux.

Réduits à 10 puis contraints de finir à 9 avec la blessure de Juan Bernat, les champions de France et finalistes de la dernière C1 ont dû aller puiser dans leurs réserves pour enfin lancer leur saison. “C’était compliqué en fin match, on a utilisé beaucoup d’énergie pendant cette rencontre“, a reconnu Colin Dagba sur Téléfoot. “L’état d’esprit était là. L’important, c’est les trois points“, a de son côté résumé un Marquinhos pragmatique.

Ligue 1

Un petit miracle et Paris décolle enfin

IL Y A 4 HEURES

Julian Draxler of Paris Saint-Germain celebrate the victory with Angel Di Maria

Crédit: Getty Images

On a joué avec beaucoup de joueurs sans entraînement

Le nouveau capitaine du PSG n’a pas tort. Ce sont peut-être les deux points positifs de cette soirée : Paris a su s’arracher et s’imposer. Mais sinon, la formation parisienne a encore été méconnaissable tant sur le plan collectif que des individualités avec des joueurs souvent incapables de changer vraiment de rythme pour faire des différences dans la défense à cinq adverse. Et ce constat en dit long sur l’état de l’effectif parisien. Car si le PSG affiche un triste visage, il faut aussi reconnaitre que Tuchel n’a pas d’autres choix que de faire avec les moyens du bord en ce moment.

Trois jours après son duel face à l’OM, l’Allemand a encore dû composer avec un effectif réduit : Neymar, Leandro Paredes et Layvin Kurzawa étaient suspendus, Thilo Kehrer, Marco Verratti et Alessandro Florenzi n’étaient pas disponibles. Et certains ont été alignés, sans vraiment avoir pu s’entraîner avant. “On a joué avec beaucoup de joueurs sans entraînement comme Marqui. On joue avec des joueurs qui n’ont pas joué depuis longtemps comme Abdou (Diallo). On utilise Mauro (Icardi) sans entraînement, on utilise trop des joueurs comme Angel (Di Maria), comme Ander (Herrera).” Cette triste vérité ne passe pas inaperçue sur la pelouse.

Le PSG affiche ses limites actuelles au grand jour. Le jeu collectif a de quoi faire peur. Et à l’image d’un Julian Draxler qui a fini avec des crampes, les Parisiens souffrent pour finir leurs matches. Mais au moins, ils se battent. “L’effort est toujours là. Les joueurs étaient très fatigués après la rencontre. Rester dans ce match-là, après la blessure de Juan Bernat, c’est incroyable, vraiment. Cette équipe-là a encore montré qu’elle avait vraiment un esprit extraordinaire et j’en suis très fier. Comme coach, on ne peut pas souhaiter autre chose qu’un esprit comme ça”, applaudit un Tuchel surement conscient qu’il va devoir trouver les mots pour pousser ses joueurs à aller puiser dans leurs ressources encore quelques temps.

Un effectif encore limité pour de longues semaines

L’autre enseignement de la soirée est en effet que Paris va encore attendre de longues semaines avant de pouvoir songer à aligner son onze-type. Durant la rencontre, la commission de discipline de la LFP a annoncé les sanctions après un début de bagarre en fin de match contre l’OM. Résultat : le PSG va devoir se passer lors de ses prochaines sorties des services de Neymar, qui a écopé d’une suspension de deux matches ferme, plus un avec sursis.

Et si Angel di Maria a été convoqué pour la prochaine réunion de la commission de discipline, le 23 septembre, pour le crachat qu’il aurait adressé en direction d’Alvaro Gonzalez, Leandro Paredes a aussi pris trois matches dont deux ferme alors que Layvin Kurzawa a lui écopé de la suspension la plus longue avec six matches, pour son coup de pied au Marseillais Jordan Amavi. Cette dernière sanction était prévisible. Mais elle risque de donner un joli mal de crâne à Thomas Tuchel, qui a vu Juan Bernat sortir sur blessure ce mardi. “Je suis triste pour Juan car j’attends une blessure grave au genou“, a d’ailleurs prévenu l’Allemand. Son début de saison n’a décidément rien d’une sinécure.

Ligue 1

Et si la finale de la Ligue des champions avait laissé des traces au PSG ?

HIER À 21:48

Ligue 1

Des nouvelles images de l’incident Neymar-Alvaro dévoilées

HIER À 09:56

Articles liés

Réponses