Panier

Pendant que la Californie brûle, Trump minimise le changement climatique – Le Monde

Le président des Etats-Unis Donald Trump lors d’un briefing sur les incendies en Californie, à Sacramento, 14 septembre.

La hache de guerre a été enterrée, l’espace d’une journée, entre Donald Trump et la Californie. Accusé de délaisser les Etats de la Côte ouest affectés par les incendies – des Etats qui ne « votent pas pour lui », comme l’avait souligné le maire démocrate de Los Angeles, Eric Garcetti –, le président américain avait ajouté, lundi 14 septembre, une visite dans le Golden State à sa tournée électorale dans deux fiefs républicains du Sud-Ouest où les sondages sont de nature à l’inquiéter (le Nevada et surtout l’Arizona). Il a consacré deux heures à l’Etat dévasté depuis un mois par les feux de forêt les plus étendus de son histoire.

Avant d’embarquer pour l’aéroport de Sacramento, envahi comme le reste de l’Etat par la fumée toxique provenant des incendies, M. Trump avait d’abord lancé quelques piques en direction de ses hôtes californiens : « Ça fait trois ans que je le dis. Il faut une vraie gestion forestière. » Il y a deux ans, en 2018, Donald Trump était venu réconforter les survivants de ce qui reste comme l’incendie le plus meurtrier dans l’Etat, le Camp Fire, qui avait fait 85 morts parmi les habitants de la localité de Paradise. Les pieds dans les cendres, il avait alors conseillé aux Californiens de s’inspirer des Finlandais, qui savent y faire en matière de gestion des forêts.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Sous un ciel d’apocalypse, la Californie se bat contre des dizaines d’incendies géants

Cette fois, il n’a pas comparé le climat méditerranéen de la Californie avec celui de la Scandinavie, même s’il a quand même recommandé de s’inspirer de « l’Europe » en matière de débroussaillage.

Tout s’est passé au mieux : les contentieux avec le Golden State sur les villes « sanctuaires » et le mur à la frontière avec le Mexique ont été passés sous silence. M. Trump a admiré la résilience des séquoias multiséculaires qui ont survécu aux flammes (« Ça fait des traces sur l’écorce ? »). Surtout, il a eu la satisfaction de remettre une médaille de bravoure aux sept militaires et gardes nationaux qui ont sauvé 242 personnes acculées par le Creek Fire dans un camping de la sierra Nevada, le 5 septembre. Une cérémonie tombant à pic alors que se sont multipliés récemment les témoignages décrivant ce qu’il pense en privé de ses généraux.

« Nous ne sommes pas sur la même planète »

Lors d’un briefing au siège de CalFire, l’agence de lutte contre les incendies, M. Trump a patiemment écouté l’exposé du gouverneur Gavin Newsom : les 14 000 éclairs, il y a un mois, qui ont allumé 1 100 feux en trois jours, les « vingt-quatre vies perdues », 4 100 bâtiments détruits, 16 500 pompiers qui n’en sont pas encore venus à bout. L’élu démocrate a vivement remercié le président pour l’aide fédérale d’un montant « record » octroyée à la Californie. Et admis que l’Etat « n’avait pas rendu justice à la gestion de ses forêts », le mantra présidentiel.

Il vous reste 59.43% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

À propos de l’auteur :
Dites-nous quelque chose sur vous-même.

Participez !

Connectés votre présent avec votre future!

Commentaires

Aucun commentaire pour l’instant
Like&Co

GRATUIT
VOIR