Pernaut se confie à Midi Libre : “Mon successeur ? Quelquun qui aime les vrais gens” – Midi Libre

Jean-Pierre Pernaut se confie dans Midi Libre, après l’annonce de son départ du 13 H de TF1.

Jean-Pierre Pernaut ne présentera plus le journal télévisé de TF1 de 13 Heures, à partir de la fin d’année, une nouvelle qu’il a officialisé mardi, provoquant une vague de réactions et d’hommages sur les réseaux sociaux.

“Je ne m’attendais pas à ce que cela soit à ce point-là, confie-t-il à Midi Libre, je reste moi-même depuis trente ans, je n’ai jamais joué un rôle, on fait ce métier avec passion avec tous les journalistes de l’équipe, mais on a du mal à se rendre compte de l’impact.” 

Très “touché” par les réactions

Le journaliste a été “très touché” par les réactions des téléspectateurs. “Celles des plus anciens, parce que je fais partie un peu de la famille, je suis dans le poste à côté de la table où ils mangent, où dans la salon où ils font la sieste, ils s’endorment avec moi, mais j’ai reçu aussi beaucoup de petits messages aussi de jeunes sur les réseaux sociaux et la vidéo où j’annonce mon départ du JT a été vue plus d ‘un million de fois !” 

“J’ai beaucoup discuté avec ma femme”

Cette décision, très commentée depuis mardi, “je l’ai prise en discutant beaucoup avec ma femme, explique le journaliste à Midi Libre. J’ai commencé à réfléchir à mon départ pendant le confinement, je me suis dit qu’il fallait peut-être que je commence à penser à sortir du journal de 13 Heures. Au mois de juin, je savais que j’allais partir. Je l’ai confirmé au mois d’août. La préparation d’un journal comme celui-là implique d’être à 100% de sa forme. Quand on a 70 ans, on se dit qu’à un moment on va peut-être baisser un peu, qu’on aura peut-être moins la pêche. Donc autant arrêter quand on est encore comme je le suis aujourd’hui à 100 % de sa forme, que les audiences sont au beau fixe et qu’on est premier d’un sondage des personnalités de la télé.”

Les dirigeants de TF1 ont été “surpris” par sa décision, assure Jean-Pierre Pernaut, précisant que la chaîne souhaite garder la même ligne éditoriale. “Elle va continuer à faire un journal de qualité”, en prise avec la France des clochers et des ronds-points sublimée depuis 33 ans par ses équipes.

“Cette envie d’avoir un vrai contact avec les Français passe par quelque chose que j’ai emmené dans l’audiovisuel, un réseau de correspondants en région travaillant pour une chaîne nationale.”

Moins de critiques depuis les “gilets jaunes”

Longtemps raillé par les élites parisiennes, Jean-Pierre Pernaut estime que la crise des “gilets jaunes” lui a donné raison. “Elle venait d’un profond malaise de gens qui ressentaient mal cette fracture territoriale terrible et des mesures comme les 80 km/h, la CSG sur les retraites, etc. Là, un certain nombre de journalistes parisiens se sont dit, tiens il y a autre chose que Paris. Depuis, il y a beaucoup moins de critiques à l’égard du 13 Heures… Pratiquement tous les médias font d’ailleurs de la proximité aujourd’hui, ils se rendent compte que ce que j’ai initié il y a trente ans n’était pas si bête.”

Le journaliste prépare, lui, l’après. “J’ai envie de faire de la radio, des magazines sur le terroir, une émission sur LCI à laquelle on est déjà en train de travailler…”

Une plateforme digitale Pernaut

Mais il incarnera toujours cette proximité au sein du groupe TF1. “On est en train de monter une plateforme digitale pour la fin de l’année qui regroupe l’univers Pernaut, les régions, les beaux magazines, les opérations spéciales, ma personnalité aussi, c’est à dire ma manière de dire les choses de manière carrée parfois avec un blog, des contacts, des invités”, révèle le journaliste. 

Il continuera, parallèlement, à oeuvrer pour les opérations SOS Villages ou l’élection du plus beau marché de France. “L’intérêt est que je continue à apporter ma pierre au journal de 13 Heures sans pour autant être envahissant pour mon successeur. Il va se mettre en place, apporter sa personnalité. Je ne sais pas encore qui sera choisi. Je serai associé à sa mise en place, pour l’aider à comprendre les clés du 13 Heures (…) Le journal a une audience unique en Europe aujourd’hui pour des raisons très particulières, je pense qu’il aura à coeur de maintenir cette différence”.

“Legros a le même âge que moi”

Avec un critère de sélection important pour Jean-Pierre Pernaut. “C’est forcément quelqu’un qui s’intéresse aux gens et qui aime les gens, les vrais gens”.

Jacques Legros, son joker, peut-il lui succéder ? “Peut-être, je n’en sais rien, il fait partie des gens qui savent préparer un journal, mais il a le même âge que moi, c’est ça le souci (rires).” 

Jean-Pierre Pernaut officie à la tête du 13 h depuis plus de trente ans. Agé de 70 ans, il a fêté en février ses 45 ans à TF1 et ses 32 ans de 13 heures, une longévité inédite. Son journal est le plus regardé d’Europe à la mi-journée.

“Les Français déjeuneront avec quelqu’un d’autre”

“C’est la fin d’une époque”, a estimé mardi Patrick Poivre d’Arvor. ” Je ne pense pas, répond Jean-Pierre Pernaut. Quand Zitrone, Mourousi, PPDA ont arrêté la télévision on a dit c’est la fin d’une époque, or les gens continuent à regarder, il y avait 10 millions de téléspectateurs devant le 20 H, quand il n’y avait que trois chaînes, il y en a 6 ou 7 millions aujourd’hui, mais les deux JT restent des rendez-vous essentiels. C’est simplement une page de l’audiovisuel qui se tourne, j’ai du mal à l’admettre mais je suis resté longtemps (rires), je déjeune avec les gens tous les jours, à partir du 1er janvier, ils déjeuneront avec quelqu’un d’autre.”

Articles liés

Réponses