Présidentielle américaine : sans programme, Trump multiplie les annonces – Le Monde

Donald Trump, lors d’un meeting à Winston-Salem (Caroline du Nord), le 8 septembre.

Les révélations du livre à paraître du journaliste Bob Woodward, le 15 septembre, ne pouvaient pas plus mal tomber pour Donald Trump. De nouveau mis en cause à propos d’un virus dont il relativisait publiquement en février la létalité, alors qu’il tenait en privé des propos alarmants, enregistrés avec son assentiment, le président des Etats-Unis se retrouve sur la défensive à propos d’une épidémie dont la gestion lui vaut les jugements sévères de ses concitoyens. Au cours d’un bref point de presse, jeudi 10 septembre, il a ainsi été contraint de nier avoir « menti » aux Américains, avant de s’emporter contre le journaliste qui lui avait posé la question.

Distancé depuis des mois par son adversaire démocrate, Joe Biden, au niveau national comme dans les Etats déterminants pour l’élection du 3 novembre, même si sa marge y est plus réduite, Donald Trump tente depuis des semaines de placer la question de la sécurité au cœur de la campagne. Privé du bilan flatteur sur lequel il misait en raison de la crise économique provoquée par le virus, dépourvu des slogans qui avaient marqué sa campagne de 2016 (la construction du mur sur la frontière avec le Mexique, la suppression de l’Obamacare), le président s’efforce également de tirer le maximum de profit du bureau Ovale en multipliant les annonces.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Présidentielle américaine, J − 53 : Donald Trump joue à nouveau la carte de la Cour suprême

« Sur la bonne voie »

« Nous restons sur la bonne voie pour délivrer un vaccin avant la fin de l’année et peut-être même avant le 1er novembre », soit juste avant la présidentielle, a-t-il ainsi déclaré lors d’une conférence de presse, le 4 septembre. « Nous pensons que nous pourrons probablement l’avoir pendant le mois d’octobre », a-t-il affirmé. Cette annonce a semé le trouble compte tenu de la coïncidence avec l’élection. Elle a poussé neuf sociétés lancées dans le développement d’un vaccin à s’engager publiquement mardi à respecter la plus haute rigueur scientifique.

Le même jour, au cours d’une visite en Floride, Donald Trump a brutalement étendu l’interdiction de nouveaux forages actuellement en vigueur dans le golfe du Mexique, aux côtes de cet Etat traditionnellement disputé lors des présidentielles ainsi qu’à celles de deux bastions républicains, la Géorgie et la Caroline du Sud. Les trois Etats y étaient opposés.

En juillet, au cours d’un déplacement au Texas, Donald Trump s’était pourtant vanté d’avoir « rouvert les terres publiques et les zones offshore à l’exploration pétrolière et gazière ». Le 17 août, il a d’ailleurs approuvé un programme ouvrant la voie à des forages pétroliers et gaziers dans la plus grande zone naturelle protégée du pays, en Alaska.

Il vous reste 53.36% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Articles liés

Réponses