PSG-OM : la LFP place le dossier Alvaro-Neymar en instruction – La Provence

Tous les regards étaient braqués vers le 6, rue Léo-Delibes, ce soir. Là, dans le cossu 16e arrondissement de Paris se jouait un nouvel acte du Clasico entre le PSG et l’OM (0-1), cette fois face à la commission de discipline de la LFP. Avec deux volets bien distincts : juger dans un premier temps les cinq expulsions survenues lors d’une fin de rencontre électrique avant, dans un second temps, de se pencher sur les accusations de Neymar à l’encontre d’Alvaro, le Parisien estimant que l’Olympien avait proféré des insultes à caractère raciste.

Pour le premier point, l’instance présidée par Sébastien Deneux a clairement établi les responsabilités de ces échauffourées en sanctionnant plus lourdement les joueurs du PSG. À commencer par Layvin Kurzawa qui s’était métamorphosé en karaté kid, assénant plusieurs coups à Jordan Amavi. Le latéral gauche parisien sera logiquement suspendu pour les six prochains matches ; Neymar et Paredes écopent de la même punition, à savoir 2 matches ferme et 1 avec sursis.

Angel Di Maria, coupable d’avoir craché en direction d’Alvaro, est convoqué mercredi prochain et connaîtra son sort à ce moment-là. Les Olympiens s’en tirent à meilleur compte puisque Jordan Amavi, qui a eu le tort de répondre à Kurzawa, s’est vu infliger 3 matches ferme de suspension, tandis que Dario Benedetto 1 seul. Quant à Pape Gueye, l’avertissement reçu dimanche a été maintenu, en dépit de l’appel formulé par l’OM et d’une absence claire de faute.

Mais c’était surtout le second point qui focalisait l’attention. Il déchaîne les passions aux quatre coins de la planète depuis la charge violente et jusqu’ici non confirmée du Brésilien. La commission a décidé de placer ce dossier en instruction avant de tirer une quelconque conséquence disciplinaire. “On dispose d’un certain nombre d’éléments qui doivent encore faire l’objet d’investigations et être soumis au contradictoire de l’ensemble des parties pour permettre de faire la lumière sur ce qu’il s’est effectivement dit, explique Sébastien Deneux. On va affiner le calendrier avec l’instructeur pour fixer une date. On sait qu’il y a eu un échange de propos. Les certitudes ne sont pas suffisantes pour convoquer les joueurs. On va continuer d’investiguer. En l’état, on n’a pas suffisamment d’éléments précis et définitifs.”

Quant aux propos homophobes prêtés à Neymar, ils n’ont pas été traités hier. Mais l’instruction pourrait également révéler si le “Ney” s’est laissé aller à ce type de provocation…

Articles liés

Réponses