PSG-OM : le Clasico sachève sous haute tension, Neymar sen prend à Alvaro – LCI

PSG-OM : le Clasico s’achève sous haute tension, Neymar s’en prend à Alvaro | LCI

Football

LIGUE 1 – Ce dimanche 13 septembre, l’OM a remporté sa première victoire sur le PSG en neuf ans sur le score de 0-1. Une rencontre marquée par de nombreux heurts et qui s’est conclue par un début de bagarre générale entre joueurs.

Après neuf ans d’attente, la victoire est retentissante pour Marseille. Ce dimanche 13 septembre, sur la pelouse du Parc des Princes, l’OM s’est imposé face au PSG (0-1), décrochant un Clasico de Ligue 1 tant attendu. La rencontre s’est déroulée, à hauteur de l’enjeu, dans une ambiance électrique, entre joueurs comme du côté des supporters. 

Avant même la rencontre, une polémique sur les réseaux sociaux – les photos d’une banderole à caractère homophobe postées par des supporters parisiens – avait contribué à attiser les tensions. Plusieurs cartons (jaunes pour Neymar et Dimitri Payet dès la 12e minute, une faute de Leandro Paredes sur ce dernier à la 71e qui provoque des vivats dans les tribunes) ont ainsi émaillé la rencontre. Mais le point d’orgue de la confrontation s’est déroulé dans le temps additionnel, alors qu’une bagarre générale entraînait l’exclusion de trois Parisiens (Neymar, Paredes, Kurzawa) et deux Phocéens (Benedetto, Amavi). 

Racisme selon Neymar

Neymar, qui marquait son retour comme titulaire après avoir été diagnostiqué de Covid-19, a été renvoyé sur le banc pour avoir frappé à l’arrière du crâne Alvaro Gonzalez. Coup que l’attaquant brésilien ne reniait pas à l’issue du match :  “Mon seul regret c’est de ne pas avoir frappé ce connard au visage“, a-t-il ainsi posté sur Twitter une heure après le coup de sifflet. A plusieurs reprises, le n°10 s’est plaint d’injures racistes émanant du défenseur espagnol chargé de le marquer,  précisant avoir été traité de “singe“. Dans la nuit, Twitter est donc devenu le théâtre d’une passe d’armes entre les deux joueurs : “Il n’y a pas de place pour le racisme. Carrière propre et avec beaucoup de camarades au quotidien. Il faut parfois apprendre à perdre et le reconnaître sur le terrain“, répliquait  Alvaro Gonzalez .

Neymar “m’a dit que c’était une insulte raciste, mais je n’ai pas entendu sur le terrain“, a réagi l’entraîneur du Paris Saint-Germain, Thomas Tuchel, en conférence de presse. Le directeur sportif du club, Leonardo, a estimé quant à lui au micro de Téléfoot qu'”il y a les images de la télévision, les choses seront jugées.” En face, l’entraîneur marseillais André Villas-Boas a également été sollicité : “J’espère que ça ne va pas mettre du noir sur notre victoire. Il n’y pas de place pour le racisme dans le foot. Je ne pense pas que ce soit le cas.”

Lire aussi

Plus globalement, les responsables du club parisien, qui enchaîne une seconde défaite consécutive après Lens (1-0) jeudi, ont exprimé leurs regrets quant aux échauffourées sur la pelouse. “C’est mieux de rester calme, a estimé Thomas Tuchel. A la fin, ce n’était pas possible. Je n’aime pas ça. On va souffrir maintenant.” Son directeur sportif a préféré dénoncer un match “hors de contrôle“, estimant notamment que l’arbitre n’était pas assez expérimenté. Le PSG va encore devoir attendre pour lancer sa saison : l’occasion se présentera jeudi face à Metz.

Sur le même sujet

Et aussi

Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus.


Articles liés

Réponses