PSG-OM : pour Villas-Boas, cest “une victoire historique” – La Provence

Après le succès 1-0 de l’OM à Paris, André Villas-Boas s’est exprimé en conférence de presse au Parc des Princes.

C’est un beau cadeau que vous faites aux supporters de l’OM…
André Villas-Boas : C’est une grosse joie, je félicite les joueurs. Ils ont été énormes ! On a mal démarré, mais on avait un bloc bas pour les contenir. Notre deuxième but est valable et il nous aurait donné de la tranquillité en finissant à 2-0. Je n’ai pas compris la décision de l’arbitre. On ne peut pas oublier qu’il y a deux historiques dans les Clasicos avec le PSG, un avant le Qatar, un autre après. Ils ont eu dix ans de domination, mais ils ont dû mettre 1,5 milliards d’euros d’investissements.

Avez-vous parlé avec Alvaro de l’incident avec Neymar ?
André Villas-Boas : Neymar était énervé. J’espère que ça ne noircira pas cette victoire. Je ne pense pas parce qu’Alvaro est un joueur expérimenté. Il n’y a pas de place pour le racisme dans le foot et je ne pense pas que ce soit le cas. Il y a aussi Di Maria qui a craché sur un de nos joueurs. C’est le Clasico, plus de choses sont permises, mais j’espère que ce n’est pas le cas. Le plus important, c’est la victoire historique de l’OM.

On disait que c’était l’année ou jamais au vu du contexte, mais comment avez-vous géré cela ?
André Villas-Boas : Di Maria et Neymar ont montré un niveau exceptionnel. Il y a une grosse différence avec notre match à Brest, où Amavi et Rongier ont souffert. Eux ont joué jusqu’à la fin, félicitations à eux. On pensait qu’ils seraient cuits à la mi-temps. J’étais surpris. On pensait qu’on pouvait en profiter, mais ce n’était pas le cas. On a du mal à mettre les choses en place. On voulait jouer avec un faux attaquant pour aider l’équipe à sortir le ballon, mais le PSG nous a pressés très haut, avec beaucoup d’agressivité. Le but nous a tranquillisés, on a fait circuler le ballon. C’est un très gros exploit ! Dommage que le match ait fini avec des agressions…

Pouvez-vous revenir sur le choix d’aligner Lopez ?
André Villas-Boas : Ça n’a pas très bien fonctionné, mais on a essayé de le faire. On a commencé avec Thauvin pour qu’il prenne la profondeur, puis avec Max’ et Dim’, mais c’était davantage pour aider l’équipe à sortir. On a aussi bien joué les coups de pieds arrêtés. Paris a joué son football, s’est montré au niveau et nous a créé des problèmes. Cette victoire donne encore plus de plaisir.

Votre équipe a-t-elle été plus en maîtrise que le PSG à la fin ?
André Villas-Boas : Tout a commencé avec une faute de Neymar. Il aurait dû recevoir un deuxième carton jaune, ce qui signifiait son expulsion. Mais l’arbitre a essayé d’être diplomate, le quatrième arbitre me l’a dit. Tout le monde était tendu. Pareil sur notre deuxième but, où le hors-jeu est incompréhensible. Après, à la fin, il y a eu des insultes normales (“T’es une merde”) de part et d’autre. Tuchel m’a dit que je pouvais jouer au loto, et je lui ai demandé s’il l’avait fait après l’Atalanta ! (sourire) Je l’estime beaucoup, mais je ne peux pas faire jouer mon équipe comme la sienne.

Un mot sur les prestations de Payet, qui était très attendu, et Mandanda ?
André Villas-Boas : Dim’ a fait un très bon match. Paris nous a bien pressés, agressés, les supporters étaient contre lui, mais il a bien tenu. C’est son retour après le covid, son premier match, il a bien fait. Et Steve est incroyable. Avec Thauvin, ils peuvent tous les trois faire la différence pour nous. On aura besoin de ce niveau de performance en Ligue des champions. On doit garder notre état d’esprit.

Tous les matches comptent trois points nous disiez-vous. Certains sont quand même, plus importants que d’autres ?
André Villas-Boas : Oui, il y a de l’émotion. Maintenant, on a trois matches à domicile. L’an dernier, c’était notre tendon d’Achille, on a perdu beaucoup de points à la maison. Il faudra en profiter. Je l’espère car le derby contre Saint-Étienne est très important. Mais ce sera dur car il y a aussi Nice, Lyon, Rennes…

Articles liés

Réponses