PSG-OM : « si on peut jouer contre le kiné du PSG et Thomas Tuchel avec sa cheville cassée, tout Marseil (…) – Foot Mercato

PSG-OM version 2020-2021, c’est parti. Le Classique du championnat de France a perdu de sa saveur au fil de la montée en puissance du Paris Saint-Germain, ultra-dominateur sur la scène nationale, et de l’opposition de plus en plus houleuse entre l’OM et l’OL. Mais cela reste toujours un match attendu par les supporters des deux camps, qui n’oublient jamais le passif entre leur club respectif. Ce premier Classique de la saison aura une saveur particulière. Déjà parce qu’il arrive tôt. Souvent, la Ligue de football professionnel plaçait cette rencontre au cœur de la phase aller et de la phase retour, comme pour faire monter la sauce. Là, il arrive dès la 3e journée, et représente en réalité le deuxième match de la saison pour les deux clubs, suite au report d’OM-ASSE et de PSG-Metz.

La suite après cette publicité

Un Classique aussi tôt dans la saison, une particularité qui donne un avantage à l’OM selon les journalistes suiveurs du club phocéen que nous avons contacté. « Ca n’avantage pas forcément l’OM, ça handicape surtout le PSG », expose ainsi Romain Haering, journaliste pour Le Phocéen. « Si la préparation d’avant-saison de l’OM n’a pas été fluide, elle l’a été pour préparer le Classique. Je ne suis pas sur que ça suffise. Cependant, tout le monde a pu s’entraîner normalement, même Mandanda, après l’imbroglio avec l’équipe de France. (…) Les joueurs ont eu 10 jours d’entraînement collectif ». Effectivement, l’OM peut profiter d’une préparation athlétique plus aboutie, avec un effectif au complet, quand le PSG déplore ses nombreuses absences et devra faire récupérer du premier match de la saison joué jeudi contre le RC Lens.

Peu de public, un petit coup de pouce

Karim Attab, journaliste pour Maritima, explique : « la première vision, c’est que ça avantage plutôt l’OM pour plusieurs raisons. L’OM a un effectif constant. C’est quand même un plus de n’avoir aucun titulaire qui a quitté le navire. (..) L’OM est quand même plus avantagé entre guillemets. Si Paris joue sur sa valeur il n’y aura peut-être pas de match, comme sur les 20 derniers qu’on a pu suivre. S’il n’y a pas de problèmes du côté de l’OM on aura une équipe très proche de celle de l’année dernière. » Et de pointer un deuxième fait qui va avantager le club olympien. « Quand j’ai vu que c’était à la 3e journée, je me suis dit qu’il n’y aurait peu ou pas de public. Le retour est prévu au mois de février, l’épidémie va perdurer, mais tu peux espérer plus de public au Vélodrome. Ce sont des choses plus à l’avantage de l’OM, mais ce sont des considérations qui ne sont pas très sportives ».

Sur le plan de l’ambiance particulière lié à l’absence de supporters, il est rejoint par Alexandre Jacquin, journaliste à La Provence. « Que ce soit ce match aller qui soit joué au Parc et non le retour est une chance pour AVB et ses hommes. Recevoir le PSG au Vélodrome devant 5000 spectateurs aurait été particulièrement compliqué… Là, ce sera comme un match sur terrain neutre, sans ambiance, sans vrais supporters pour pousser Neymar et ses partenaires. Quoique sur ce point-là, ça ne changera pas beaucoup des dernières années, tant l’atmosphère au Parc est devenue artificielle… Il y a donc énormément de flou autour de cette rencontre, et cela peut jouer en faveur de l’OM. »

La bonne année ?

Un PSG largement diminué, un OM au complet, un Parc des Princes qui sonnera creux, toutes les planètes semblent alignées pour la patrie marseillaise. « Chaque année on se dit que c’est la bonne », remarque toutefois Karim Attab. « Paris ne sera pas dans les meilleures dispositions possibles pour recevoir l’OM. Kylian Mbappé ne sera pas là, c’est sûr et il fait beaucoup de mal à l’OM. C’est sans doute l’année ou jamais pour gagner au Parc, ça fait dix ans. » Alexandre Jacquin abonde, en exhortant Payet à se déchaîner : « c’est effectivement la bonne année, si tant est que Payet, par exemple, sorte un gros match. Comme il avait pu le faire après ses déclarations sur Garcia et l’OL l’an dernier. Il avait parfaitement assumé sur le terrain. Il est capable de renouveler ce type de performance de très haut niveau. Il a chambré les Parisiens sur les réseaux sociaux après leur défaite en finale de la Ligue des champions face au Bayern, à lui, maintenant, de confirmer sur le terrain. Il y a un coup à jouer, c’est évident ».

Et c’est peu de dire que l’OM se contentera largement de battre un PSG même sans Neymar, Mbappé ou Di Maria, en attendant la décision de la LFP sur la présence des joueurs signalés positifs au Covid. « Ca fait 20 matches d’affilée que l’OM n’a pas gagné. Si on peut jouer contre le kiné du PSG et Thomas Tuchel avec sa cheville cassée, tout Marseille prend. On s’en fiche de Neymar ou pas Neymar. Tout l’OM veut au moins gagner un match contre ce PSG. Quand on annonce Kailmuendo ou Jesé, on souffle un bon coup. On prend l’eau chaque année au Parc. Je monte avec l’envie de voir le match. Avant je montais à reculons. Et puis, même si le PSG récupère Neymar, dans quel état sera-t-il ? Le gars il n’a pas joué depuis le 23 août, il a fait la fête à Ibiza, il n’aura pas fait d’entraînement collectif… Ca reste Neymar, il peut changer le match. Mais j’ai vu l’état des Marseillais à Brest, j’ai des doutes sur l’état physique des joueurs qui reviennent comme ça », explique Romain Haering.

AVB attendu au tournant

Si les malheurs actuels du PSG peuvent représenter une aubaine pour l’OM, il faudra aussi savoir aborder cette rencontre avec plus d’ambition que lors de l’exercice précédent. Pour son premier Classique à Paris, André Villas-Boas avait étonné tout son monde en assurant en conférence de presse que cette rencontre ne comptait pas vraiment pour lui. Certes, l’OM ne joue plus dans la même cour que le PSG mais de là à balancer la rencontre. Si l’objectif était d’enlever toute forme de pression à ses joueurs, le résultat a été sans appel avec une victoire 4-0 du PSG après une première période menée à 100 à l’heure. André Villas-Boas est donc attendu au tournant, alors que les conditions apparaissent favorables à l’OM.

Karim Attab est persuadé que le discours sera différent cette fois. « AVB ne délaissera pas le match, il arrive tôt, l’OM n’a joué qu’un match. Il reste à jouer Paris, ASSE, Lille et Lyon dans les cinq prochains matches. Il ne faut pas arriver en octobre avec du retard sur tes gros concurrents. Villas-Boas est tout sauf stupide. L’année dernière oui, il s’est raté. Mais quand tu regardes, il perd contre Paris, en coupe de la Ligue contre Monaco et tu fais ensuite 14 matches sans défaite. Si on te dit tu perds contre le PSG et tu perds contre Monaco dans une coupe qui ne représente plus rien et ensuite tu enchaînes les matches sans défaite qui te permettent de finir deuxième, tu ne signes pas ? Je pense qu’il n’utilisera pas les mêmes mots que l’année dernière, il va avoir un discours probablement plus offensif et plus incisif vis-à-vis du vestiaire. »

Un discours plus offensif, et un schéma de jeu classique pour donner un maximum de certitudes à ses ouailles. C’est en tout cas qu’espère Romain Haering. « André, si tu m’écoutes, si tu me lis, je t’en prie, fais ta compo classique. Tu as tous tes joueurs à disposition. Je te le donne ton onze. Mandandana – Sarr, Alvaro, Caleta-Car, Amavi – Kamara, Rongier, Sanson, – Thauvin, Benedetto, Payet. Si tu fais autre chose, je pense qu’on se prend une rouste ». On souhaite donc à AVB et à tout l’OM de jeter un œil sur Foot Mercato avant dimanche soir 21 heures.

Articles liés

Réponses