Panier

Régulation : le patron de Google présente ses excuses à Thierry Breton – Les Échos

Publié le 15 nov. 2020 à 15:10Mis à jour le 15 nov. 2020 à 16:35

Le bras de fer est bien entamé. L’Union Européenne a décidé de tordre le bras des mastodontes de la tech, au travers du Digital Service Act (DSA) que Thierry Breton, le commissaire français chargé du marché unique et de l’économie digitale, doit présenter en décembre . Ce dernier a annoncé que le texte prévoirait la possibilité de démanteler ces entreprises en cas d’abus de position dominante.

Un arsenal législatif contre lequel Google était en train de se préparer, selon des révélations du « Point ». Le magazine a mis en lumière l’existence d’un document confidentiel et interne nommé « DSA 60-Day Plan Update ». Ce dernier contient la stratégie du mastodonte pour « vider de sa substance la nouvelle législation numérique en cours d’élaboration à Bruxelles », indique le magazine. Parmi les méthodes évoquées, « la volonté de recourir aux services de l’Etat américain comme les bureaux de représentation du commerce ou encore les ambassades, ou encore celle de jouer sur les divisions entre les services à Bruxelles ».

Confrontation par visioconférence

Une approche très peu appréciée par Thierry Breton, qui a demandé des comptes à Sundar Pichai, le directeur général de Google, lors d’une visioconférence le jeudi 12 novembre. « C’est une méthode d’un autre siècle », aurait déclaré le commissaire européen. Ce à quoi Sundar Pichai aurait répondu par des excuses, se disant « désolé que cela se passe de cette manière », et assurant qu’il prenait la responsabilité de ce document, qu’il n’avait pas vu. Il faut dire que l’échange devait porter sur le souhait de ce dernier de développer Google en Europe.

« La position européenne est claire : tout le monde est le bienvenu sur notre continent – à partir du moment où nous respectons les règles. Nous sommes déterminés à offrir à nos citoyens et aux industries l’environnement le plus sûr et le plus compétitif du monde », a indiqué Thierry Breton dans un communiqué, affirmant qu’« Internet ne doit pas demeurer un ‘Far West’ ».

Le texte qu’il porte contiendra des éléments visant à empêcher les abus de position dominante, mais aussi des mesures sur la modération des contenus diffusés par ces plateformes. Ces dernières ne pourront toujours pas être tenues responsables des propos tenus pas leurs utilisateurs, mais elles seront tenues de faire preuve de rigueur, de réactivité et de transparence dans le contrôle de ces publications.

À propos de l’auteur :
Dites-nous quelque chose sur vous-même.

Participez !

Connectés votre présent avec votre future!

Commentaires

Aucun commentaire pour l’instant
Like&Co

GRATUIT
VOIR