TikTok : « Après son combat contre Huawei, Trump poursuit son nettoyage des smartphones américains de toute trace chinoise » – Le Monde

Pertes & profits. Si vous ne connaissez pas Léa Elui Ginet, Tibo InShape, Rose ou Beckybaw777, c’est que vous avez probablement plus de 25 ans et que votre principale source d’information sur TikTok s’appelle Donald Trump. Pourtant, Léa, 19 ans et native de Chambéry, a plus de 12 millions d’abonnés sur son compte TikTok. Cette jeune adepte des danses orientales est la star absolue du réseau social préféré des adolescents. Selon le site CNET, effet Covid aidant, on compterait 6,5 millions d’utilisateurs en France et 1 milliard dans le monde. C’est l’application pour jeunes la plus téléchargée au monde en 2020. Elle rivalise désormais avec Snapchat et Instagram dans le cœur d’une jeunesse sans frontières.

Mais elle est affligée d’un défaut rédhibitoire : elle est chinoise. Fruit de l’acquisition par l’entreprise pékinoise ByteDance du réseau social américain Musical.ly, en 2017, elle a conquis la planète avec ses clips de danse amateurs, ses karaokés et autres défis amusants. Et notamment les Etats-Unis, qui comptent 100 millions d’utilisateurs, autrement dit l’écrasante majorité des teen-agers du pays. Cela ne plaît pas du tout au président des Etats-Unis, qui reproche au réseau social de capter en Chine les données de ses utilisateurs et d’organiser la censure communiste.

Partenariat technologique

Après son combat contre l’équipementier télécoms Huawei, M. Trump poursuit son nettoyage des smartphones américains de toute trace chinoise. Il a donc donné jusqu’au 20 septembre à TikTok pour vendre son activité américaine. On a appris, dimanche 13 septembre, que l’heureux repreneur ne serait finalement pas le candidat déclaré, Microsoft, mais son rival Oracle.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le président de TikTok démissionne, sur fond de pressions américaines

Ce dernier n’a cependant pas encore gagné la partie. Il ne propose pas un rachat pur et simple mais un partenariat technologique. En clair, Oracle hébergerait sur ses centraux informatiques toutes les données et s’assurerait qu’aucune d’elles ne quitterait le sol américain. Supporteur inconditionnel de Trump, son patron, le fantasque milliardaire Larry Ellison, compte sur ses bonnes relations avec Washington pour faire passer la pilule. Il n’est pas certain que cela suffise. En réaction à l’activisme américain, Pékin a fait voter une loi qui interdit la vente d’algorithmes sophistiqués, comme celui qu’utilise TikTok et qui sait si bien rendre son contenu addictif.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Comment la très populaire appli chinoise TikTok se trouve prise en étau entre les Etats-Unis et la Chine

Derrière cet enjeu géostratégique se cachent deux autres batailles tout aussi cruciales pour le pays de l’Oncle Sam. La première est la guerre du cloud, cette informatique en réseau, gérée par d’immenses fermes de données (data centers). C’est le nouveau Graal de l’informatique, celui qui a fait la fortune d’Amazon ou de Google et sauvé de la noyade Microsoft. Héberger les milliards de vidéos de TikTok est un marché de taille. D’où l’intérêt d’Oracle, spécialiste historique du logiciel d’entreprise, distancé dans ce domaine par Microsoft et Amazon.

Il vous reste 14.23% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Articles liés

Réponses