Tirreno Adriatico (5e étape) : : Simon Yates (Mitchelton-Scott) nouveau leader après une victoire en solitaire – Cyclisme – Tirreno-Adriatico – LÉquipe.fr

Simon Yates a survolé ce vendredi la 5e étape de Tirreno-Adriatico en haut de Sarnano, unique arrivée au sommet de cette édition. Le leader de la Mitchelton-Scott, qui disputera le Giro, a envoyé un signal fort à ses adversaires. Le vainqueur de la Vuelta 2018 s’est envolé à 4,5 kilomètres du sommet pour ne jamais être revu et endosse le maillot bleu. Geraint Thomas termine deuxième avec 35 secondes de retard au côté de Rafal Majka (Bora-Hangrohe).

Victime des accélérations successives de Gianluca Brambilla (Trek-Segafredo) puis de Fausto Masnada (Deceuninck-Quick Step), Michael Woods, leader du classement au départ de l’étape, n’a jamais été en mesure d’accrocher les roues du groupe des favoris. Le Canadien voit ses espoirs de victoire finale s’envoler malgré le gros travail de son coéquipier Ruben Guerreiro au pied des 13 kilomètres de montée. Une panne de jambes pour le leader de l’équipe Education First qui a coupé la ligne avec 1’45” de retard sur le vainqueur du jour (11e).

Avec 16” d’avance sur Majka et 39” sur Geraint Thomas au général, Simon Yates prend de son côté une option sur la victoire finale, à moins d’un véritable cataclysme lundi lors de l’ultime contre-la-montre de 10 kilomètres.

Geraint Thomas, le bon choix

Lui qui a préféré faire l’impasse sur le Tour de France pour se concentrer sur le Giro d’Italia (3-25 octobre), le Gallois de 34 ans démontre qu’il a fait le bon choix. Isolé assez tôt sur les rampes de Sassotetto, le vainqueur du Tour 2018 avait calqué sa course sur Michael Woods.

Après avoir constaté la mauvaise forme du jour du Canadien, Thomas a rapidement produit son effort pour faire la jonction avec le groupe Majka, alors composé de Vlasov (nouveau maillot blanc), Brambilla et Fausto Masnada. Victime d’une chute à 52 kilomètres de l’arrivée, Christopher Froome (Ineos-Grenadiers) n’a pas pu accompagner son leader dans le final.

Vincenzo Nibali a voulu se rassurer en plaçant la première banderille à un peu plus de 6 kilomètres du sommet. Mais l’Italien n’a pu suivre le rythme des favoris, distancé un petit kilomètre plus loin.

Présent dans l’échappée matinale en compagnie de neuf autres fuyards, Héctor Carretero (Movistar) endosse le maillot vert de meilleur grimpeur devant Marco Canola (Gazprom). Les deux coureurs ont profité des deux autres ascensions du jour pour se livrer bataille avant de se relever. Quelque peu décevant depuis le départ de l’épreuve, le Néerlandais Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix) s’est rassuré à l’avant de la course en perspective de ses futures échéances.

Samedi, une nouvelle occasion se présente aux sprinteurs avec 171 kilomètres à parcourir entre Castelfidardo et Senigallia.

Articles liés

Réponses