Tops/Flops PSG-Metz : Di Maria dynamiteur, le cauchemar de Diallo – Le Figaro

Le match énergique de Di Maria, les parades multiples d’Oukidja, mais également la nouvelle prestation poussive du PSG : retrouvez les Tops et les Flops de cette rencontre entre le PSG et Metz (1-0).

Tops

Di Maria l’inspirateur
Le PSG peut grandement le remercier d’avoir su créer autant d’occasions. Car la patte gauche de l’Argentin a bien servi pour permettre au club de la capitale de se procurer des situations face à une défense messine bien regroupée. Assez mobile sur la largeur du terrain, il s’est montré plus en jambes que face à l’OM trois jours auparavant et a multiplié les caviars pour ses partenaires. S’il a buté à deux reprises sur Oukidja, il est à l’origine du but parisien en envoyant un centre dangereux que le portier messin n’a pu que repousser sur Draxler, buteur opportuniste de la tête.

Oukidja a bien retardé à l’échéance
Grosse performance du gardien messin au Parc des Princes. Un Alexandre Oukidja de gala qui a déconcerté tour à tour de nombreux Parisiens pendant longtemps. Auteur de parades décisives face à Di Maria (8e, 79e), Draxler (39e) et Icardi (77e), il s’est révélé impuissant, et même coupable, face à ce même Draxler dans les derniers instants. Mais il aura eu le mérite de retarder l’échéance.

La solidité de Boye
Le défenseur central messin a été impressionnant. Solide dans les duels, il ne s’est pas laissé prendre de vitesse, signant notamment un retour incroyable sur un ballon en profondeur à destination de Sarabia. Commandant parfaitement sa défense, il a été un leader efficace même s’il aura manqué quelques minutes à Metz pour décrocher le nul.

» LIRE AUSSI – Dans la douleur et à neuf, le PSG s’impose in-extremis face à Metz
» LIRE AUSSI – PSG-OM : six matches ferme pour Kurzawa, l’affaire Gonzalez-Neymar en instruction

Flops

Paris, un succès qui n’efface pas tout
Ce premier succès de la saison en Ligue 1 du PSG ne peut pas tout effacer. Si les hommes de Tuchel ont remporté ce match de manière remarquable à neuf contre onze (expulsion de Diallo, blessure de Bernat), ils ont livré une prestation globalement poussive. Dominateurs en première période, ils ont été dans un premier temps maladroits, avant de bafouiller leur football après la pause. En infériorité numérique, ils auront eu tout juste le mérite de ne pas lâcher.

Abdou Diallo, un match à oublier
De retour en tant que titulaire pour la première fois depuis janvier dernier, Abdou Diallo a forcément semblé manquer de compétition face à Metz. Averti dès la première minute de jeu, le défenseur a été régulièrement pris de vitesse par les attaquants messins et n’a pas été à la fête pour gérer les duels. Ce n’est pas surprenant de l’avoir vu récolter un deuxième jaune au cœur de la seconde période, synonyme d’expulsion. 

Sarabia, la mauvaise passe
Depuis le retour du confinement, Pablo Sarabia n’est plus le même. Si performant lorsqu’on faisait appel à lui la saison passée, l’Espagnol rencontre des difficultés à peser sur les débats depuis juillet. Titularisé dans une position assez libre autour d’Icardi, il n’a pas su comment se rendre utile et a paru assez maladroit dans toutes ses initiatives.

Articles liés

Réponses