Tour de France 2020 : « Je n’ai aucun regret », assure Julian Alaphilippe, encore auteur d’une échappée… – 20 Minutes

Julian Alaphilippe, ici lors de la 16e étape mardi dans le Vercors. Marco Bertorello / AFP) — AFP
  • Lancé très fort sur ce Tour de France 2020 après avoir décroché victoire d’étape et maillot jaune dès le 30 août, Julian Alaphilippe a depuis bien moins de réussite.
  • Souvent embêté par des problèmes mécaniques, comme mardi entre La Tour-du-Pin et Villard-de-Lans, le coureur de Deceuninck-Quick Step a sans doute dit adieu à son ambition de remporter un nouveau succès avant les Champs-Elysées.

De notre envoyé spécial à Villard-de-Lans,

La connexion passionnée entre la Grande Boucle et Julian Alaphilippe s’est subitement assombrie cet été. L’icône tricolore de la précédente édition avait pourtant retrouvé, dès la deuxième étape
à Nice, ce maillot jaune qui lui va si bien après un numéro so 2019, victoire d’étape à la clé. Mais entre
le «bidongate», les problèmes mécaniques à répétition sur ses vélos et environ 52 échappées non fructifiées, les deux dernières semaines du coureur de Deceuninck-Quick Step ont viré à la galère.

Après avoir (encore) été dans le coup pour une sixième victoire d’étape en carrière sur le Tour, mardi entre La Tour-du-Pin et Villard-de-Lans, il a été lâché par le vainqueur d’étape Lennard Kämna et par Richard Carapaz. Un dénouement très logique à en croire l’intéressé.

Je me suis bien senti, j’étais content de passer la journée devant, d’autant que c’était vraiment difficile de s’échapper aujourd’hui. Le profil me convenait bien, j’ai tout donné et à la fin, je n’ai aucun regret. Ils étaient vraiment plus forts, au-dessus de mes limites. Ils sont partis à la pédale et je n’avais pas grand-chose de plus à faire, j’ai explosé. »

« Les chances s’amenuisent quand même là »

Au point de ne pas envisager un instant joué les dynamiteurs dans la vertigineuse et inédite étape de ce mercredi entre Grenoble et le col de la Loze ? « Je n’ai pas souvenir d’avoir monté quelque chose d’aussi long et d’aussi dur », résume Julian Alaphilippe, qui ne semble pas avoir davantage coché la dernière étape alpestre conclue jeudi à La Roche-sur-Foron (Haute-Savoie).

« Les chances s’amenuisent quand même là, je pense qu’il va falloir récupérer d’ici la fin du Tour », confie-t-il. Une petite échéance sympa va en effet arriver à toute vitesse, avec le 27 septembre le championnat du monde d’Imola (Italie).



110

partages

Articles liés

Réponses