Un quatrième décès de résident à lEhpad Gloriande de Sévérac dAveyron – LaDepeche.fr

l’essentiel
À l’Ehpad Gloriande de Sévérac-d’Aveyron, 69 des 73 résidents sont contaminés ainsi que la quasi-totalité de l’équipe de soins. Ce samedi, l’Agence régionale de Santé déplore la mort d’un quatrième résident.

L’Agence régionale de santé (ARS) a annoncé ce samedi un quatrième décès à l’Ehpad Gloriande de Séverac d’Aveyron. Cet établissement est confronté à un « cluster très important » depuis le 4 septembre. On y déplore « le décès de 4 résidents dont les tests Covid-19 étaient positifs ». Dès le signalement des premiers cas, un dispositif de dépistage systématique a été organisé pour l’ensemble des résidents et des personnels. Avant l’annonce des résultats, des mesures de protection sanitaires renforcées avaient été mises en place : éviction des salariés symptomatiques et contaminés, rappel des consignes pour les autres salariés, suspension des admissions, surveillance des résidents, information des familles. 

L’ARS précise que « les modalités de prise en charge de fin de vie avaient été anticipées collégialement par l’équipe médicale. Elles ont notamment permis aux familles de venir dans l’établissement dire au revoir à leur parent chaque fois que cela a été possible. » 

À ce jour, 49 résidents et 20 membres du personnel sont positifs au Covid-19 et 4 résidents sont hospitalisés à l’hôpital de Rodez, dont un en réanimation. Une unité protégée de résidents atteints de maladies neuro-dégénératives et troubles du comportement est totalement épargnée ; elle compte 12 résidents. Afin d’assurer la sécurité de chacun, tous les résidents sont confinés dans leur chambre et une surveillance étroite de l’évolution de leur état de santé est opérée par le personnel soignant et de service.

Un appel à bénévoles

Dans ce but, dès la détection des premiers cas, lundi 7 septembre, la mairie de Séverac avait annoncé la mise en place d’une réserve citoyenne, faisant appel aux volontaires pour seconder le personnel.
« Nous avons besoin de personnes pour porter les repas, pour nettoyer les parties communes, pour porter le linge aussi », explique Maryse Cazes-Corboz, élue municipale et membre du CCAS, en charge des bénévoles. À ce jour, une trentaine d’entre eux s’est manifestée afin de venir prêter main-forte au personnel de l’Ehpad. « Ça montre bien qu’il y a un réel élan de solidarité sur la commune, souligne-t-elle. Nous avons également des gens qui se mettent à disposition pour garder les enfants des soignants, ou pour héberger des médecins venus d’ailleurs… Chacun essaye d’apporter ce qu’il peut pour gérer au mieux la crise. »

L’explosion du nombre de cas avait cependant un peu pris au dépourvu les équipes, qu’elles soient médicales ou municipales. « Le premier week-end a été difficile, car nous avons mis du temps pour nous organiser, aussi il n’y avait presque aucun renfort, explique Maryse Cazes-Corboz. Mais maintenant, tout roule. » Dans l’enceinte de l’établissement, un protocole sanitaire très strict est appliqué : les bénévoles sont entièrement équipés avec du matériel jetable, fourni par l’Ehpad, et ils ne rentrent jamais en contact direct avec les résidents. 

Articles liés

Réponses