Vanessa Paradis: Retrouvailles très discrètes avec Samuel Benchetrit à Deauville – Pure People

Les salles obscures ont retrouvé un peu de lumière en cette rentrée 2020. Si la crise sanitaire actuelle empêche la plupart des événements culturels d’avoir lieu, certains parviennent toutefois à tirer leur épingle du jeu malgré des conditions inédites. Le Festival du cinéma américain de Deauville, par exemple, a bel et bien eu lieu en Normandie du 4 au 13 septembre 2020. Les masques, les gestes barrières et le gel hydroalcoolique n’ont pas empêché les cinéphiles de se retrouver… tout en respectant les distances de sécurité. Et avant de clôturer les festivités et de remettre les prix, les talents les plus purs de nos régions ont même pu défiler sur le tapis rouge.

Les avant-premières des films Comment je suis devenu un superhéros, de Douglas Attal, de Rouge de Farid Bentoumi ou d’ADN, de Maïwenn ont été, chacune, l’occasion idéale de se mettre sur son trente-et-un. Cette année, c’est Vanessa Paradis qui était aux commandes. Présidente du jury, elle a été épaulée par Zita Han­rot (Plan Coeur), Del­phine Hor­vil­leur, Mou­nia Med­dour, Syl­vie Pia­lat, Yann Gon­za­lez, Vincent Lacoste, Bru­no Poda­ly­dès et Oxmo Puc­ci­no pour envisager la manière dont ils glorifieraient ensemble le septième art. Une équipe de choc… mais pas le seul soutien dont a bénéficié la sublime actrice.

Un peu plus en retrait, mais toujours là pour sa femme, le réalisateur Samuel Benchetrit s’était lui aussi joint aux invités du festival. Le 12 septembre dernier, lunettes de soleil vissées sur le nez, il a bien assisté aux ultimes projections de Deauville, sans doute auprès de Vanessa Paradis… mais sans toutefois s’afficher avec elle pour les photographes. Le 30 juin 2018, les amoureux se sont mariés à Saint-Siméon, à l’est de Paris, sans chercher à attirer la lumière sur l’événement. Que voulez-vous ? La discrétion est sans doute la clé de leur réussite…

Palmarès du 46e Festival du cinéma américain de Deauville

Grand Prix : The Nest, de Sean Dur­kin

Prix du Jury : First Cow de Kelly Reichardt et Lorelei de Sabrina Doyle

Prix spécial du 46e festival : Barbet Schroeder

Prix de la critique : The Nest de Sean Durkin

Prix du public : Uncle Frank d’Alan Ball

Prix de la révélation : The Nest de Sean Durkin

Prix de la mise en scène : The Assistant de Kitty Green

Prix d’Ornano-Valenti : Slalom de Charlène Favier

Articles liés

Réponses